ALASKA : du 17 au 21 septembre 2018

Nous revoici au pays des miles, des inchs et des gallons, mais aussi des  » bald eagles « , qui viennent en nombre pêcher le saumon.

 

 

Les habitants eux, comme dans le Yukon, utilisent notamment, cette sorte de panier de pêche tournant.IMG_2364

Nouvelle surprise : les aigles ne sont pas les seuls à festoyer dans cette rivière qui se jette à Haines.

 

 

 

 

Petit coup de folie, nous réservons un billet pour le ferry côtier, qui nous mènera à Prince Rupert, bien plus au sud…au Canada.

En attendant, l’employé du port nous a recommandé d’aller au lac Chilkoot tout proche. La rivière qui s’en écoule pour rejoindre le fjord, est réputée pour ses saumons qui viennent y frayer, et y nourrir les ours.

Ni une ni deux, en cette fin d’après-midi, nous revoici au spectacle, totalement incrédules et comblés. Nous comptons jusqu’à 17 grizzlis et oursons, tous très occupés à se gaver de saumons, et absolument indifférents à ces touristes trop curieux, et peut-être imprudents… » Bruno, tu es trop près, recule..!  »

 

 

 

 

 

IMG_2518

A la nuit tombante, trois oursons à peine craintifs, frôlent le camping-car, en traversant la petite route avant de disparaître en forêt, suivis de peu par leur mère.P1280829

Cette soirée restera au top de nos meilleurs souvenirs.

Haines est un paisible village qui n’a fait aucune concession à la modernité touristique.

 

 

 

 

Le fort Seward, dont les bâtiments sont bien entretenus, a été le premier poste  militaire permanent(1903). Il a ensuite servi de camp de repos pour les soldats pendant la deuxième guerre mondiale.

 

 

Les entraînements et parades militaires se faisaient sur l’immense pelouse centrale. Le port de Haines se résume à un ponton.IMG_2593

Avec d’autres camping-caristes et quelques chasseurs équipés de quads ( armés ), nous nous embarquons pour Juneau sur le petit ferry  » Le Conte « .

 

 

Le fjord est lisse comme un lac. Montés sur le pont où un solarium avec des grilles chauffantes offre un secteur protégé, nous contemplons le superbe spectacle, tandis que certains  » pythonnent ».

 

 

 

 

 

 

Au sud, situé face à un groupe de grosses îles, Juneau ne peut se joindre qu’en bateau ou en avion.IMG_2690

Pourtant la circulation est dense sur ces quelques kilomètres de route. La ville pentue accueille les bateaux de croisière, ce qui explique ses boutiques de luxe, et son téléphérique. Mais les nombreux trails dans les montagnes avoisinantes sont aussi très populaires.

 

 

Le fameux glacier  » Mendenhall  » est tout proche. Il a hélas tant fondu que le tunnel de glace formé à sa base, et si renommé, a disparu. En cette fin d’été, les icebergs sur le lac ne sont plus que fines lamelles glacées.

 

 

P1280949

Une large cascade continue à dévaler dans le lac, mais à plus faible débit.P1280950

La plage de sable, le soleil et l’eau claire, tout inviterait à la baignade…Marie-Anne n’ose tenter complètement.P1280954

Un panneau alerte les trekkeurs…IMG_2714

…nous n’y croyons pas vraiment. Pourtant…IMG_2742

 

 

Bruno est aux anges. La femelle est à quelques centimètres sous la passerelle, se grattant furieusement tout en grognant. Mais les rangers veillent :  » reculez-vous ! « IMG_2768

Juneau abrite de longue date une communauté russe, comme l’atteste cette chapelle orthodoxe de 1894, accueillante et sereine. Dommage qu’elle soit entourée de bâtiments années 60 si laids.

 

 

Dans la rue adjacente, un porc-épic nous file entre les jambes ! Dès qu’on l’approche, il tourne ostensiblement le dos dans un brusque mouvement en poussant de petits cris. Trop drôle !

 

 

Ici comme ailleurs, des totems indiens ornent la petite ville.IMG_2829 09-19.jpg

En ce dernier jour sur la terre ferme d’Alaska, le soleil nous gâte d’une douce lumière tardive.IMG_2825

Le lendemain, levés à 4h, nous patientons sur le parking pour un départ à 6h30.

Le « Malaspina » est un peu plus gros que  » Le Conte  » et appartient à la même compagnie, « l’Alaska Marine Highway « . P1290562

Nous avons de la chance : il n’y a pas plus de 40 voyageurs. Même genre de solarium : certains y dorment quand d’autres y ont posé leur tente.IMG_2837

Mer d’huile et rives de toute beauté au petit matin.

 

 

Au soleil levant, nous apercevons quelques petits icebergs le long de la côte.IMG_2867

IMG_2875

Soudain, nous les repérons !….des dizaines de baleines humpback, crachant leur jet sonore qui reste un moment en suspension au dessus de l’eau. Le spectacle est époustouflant, et nous sommes d’autant plus heureux et excités que nous avions perdu l’espoir d’en apercevoir lors de ce voyage. Elles chassent : certaines tapent de grands coups répétés avec leur large queue, d’autres avec leurs nageoires blanches et noires, quand d’autres encore se jettent sur le dos dans un saut provoquant de larges gerbes d’eau avec une régularité d’environ 17 secondes.

 

 

P1290370

IMG_2961 (2)

IMG_2985 (2)

 

 

 

P1290324

Même si le ferry ne s’en approche pas, le spectacle grandiose est tous azimuts  .Nos jumelles nous permettent d’en profiter encore davantage, des heures durant.

Nous revoyons aussi des loutres, et plus tard, quelques lions de mer.P1290532

La côte est splendide .

IMG_2973

 

 

IMG_3029

Nous stoppons d’abord à Kake, petit village isolé de pêcheurs, que le ferry ravitaille.

 

 

Puis en soirée, le bateau fait halte à Petersbourg, village étonnant de type norvégien. Une communauté s’y est en effet établie ici.

 

 

C’est de nuit, hélas pour les photos, que notre capitaine s’engage au pas dans le dédale très étroit d’un canal naturel, guidé par un marin posté juste à l’avant. Remarquable navigation entre les hauts fonds et les rochers, qui doit être risquée en hiver ou par gros temps. Mais cette nuit, la lune veille.IMG_3036

Quand il fait trop noir, nous rejoignons notre cabine, pour nous réveiller tôt à quai à Ketchigan. Le ferry repart au petit matin et la mer moutonne.

 

 

IMG_3058

IMG_3061.jpg

Alors nous nous installons confortablement dans le salon panoramique, lézardant au soleil comme de vrais croisiéristes.IMG_3069

Cette fois, nous troquons définitivement les hauts glaciers et sommets acérés pour des montagnes couvertes de spruces le long d’une côte aux multiples îlots.

 

 

Croisant la ligne imaginaire de la frontière canadienne, nous accostons peu après au port de Prince Rupert.

 

 

 

L’émotion est là : adieu sublime Alaska qui a tant à offrir aux voyageurs !P1270043

 

*************************************************************************************

 

 

 

Petit Bilan d’un Grand Voyage décembre 2016 à décembre 2018

338 2017-02-18 iles vers ushuaia
USHUAÏA crépuscule sur le canal de Beagle

Ces deux années d’un voyage exceptionnel nous ont semblé trop courtes tellement nous étions avides de découvertes et de rencontres.

Bien des idées reçues, bien des préjugés auront été balayés par la richesse de notre itinéraire, la beauté de ce continent, la diversité de sa faune et de sa flore, et la gentillesse de nombreux habitants.

Nous nous sommes rarement sentis en insécurité et certainement moins qu’autour de la Méditerranée en Italie, France, Espagne ou Maroc. Et pour nous qui faisons du camping- car depuis 40 ans, nous avons enfin retrouvé la liberté que nous avions à l’époque.

Bien sûr les pistes et routes n’ont pas la même qualité qu’en Europe, et de loin, mais notre fidèle Iveco a roulé sans faiblir à plus de 5000 mètres d’altitude, a suivi des pistes impensables , a traversé des gués et des déserts, glissé sur de la boue, du sable et du sel sans jamais nous lâcher. Les températures chaudes extrêmes, jusqu’à 52° dans la vallée de la Mort aux USA, l’humidité, la poussière et les mauvais carburants ne l’ont jamais immobilisé vraiment et nous n’avons crevé qu’une seule fois avec des pneus totalement lisses, (et d’ailleurs sans nous en apercevoir, grâce aux roues jumelées arrières).

Petit bilan technique:

-le bruit excessif du turbo nous a conduit à le réparer en Argentine (une rondelle usée!),

-l’usure de l’ABS qui ne sert pas à grand chose sur un camping-car  nous a contraint à le démonter dans le Yukon,

-les injecteurs nous ont beaucoup préoccupés avant de découvrir qu’il s’agissait d’un simple faux-contact électrique qui empêchait l’un d’eux de fonctionner normalement,

-le plancher de la soute arrière s’est légèrement affaissé en raison du lourd chargement qui y était entreposé, de l’état des pistes et des « topes » mexicains,

-le chauffage au gaz a toujours bien fonctionné mais est devenu un peu paresseux au démarrage tandis que la plaque électronique du frigo avait rendu l’âme dès notre arrivée à Montevideo. Heureusement nous avions aussi une glacière électrique à compression…qui a cessé de fonctionner dans la vallée de la mort. Nous en avons acheté une autre sur place qui fonctionne parfaitement. A ce sujet le frigo à compression est la meilleure option.

Pour deux ans de mauvais traitement et près de 80.000 km le bilan est plus que satisfaisant. Par contre si l’on trouve quelques concessionnaires Iveco en Amérique du sud, il est quasi impossible de se faire dépanner par des garages américains ou canadiens, pour des raisons de responsabilité (« on ne touche pas aux véhicules européens! »), à moins d’en trouver un tenu par un sud américain.

Mais on nous a souvent posé d’autres questions:

-Et la santé?… : nous n’avons jamais été malades, n’avons jamais fait de chutes dangereuses au cours de nos treks , et n’avons jamais été attaqués par des hommes ou des animaux excepté les horribles mouches noires microscopiques mais si voraces. Cependant une trousse à pharmacie complète et une bonne assurance sont vivement recommandées.

Quant à notre santé financière, nous n’avons jamais été rackettés par les forces de l’ordre et les quelques tentatives timides se sont soldées par un éclat de rire. Les passages de douane ont été souvent un peu longs mais sans aucun problème ni fouille réelle du véhicule,

-Mais ce voyage n’est-il pas dangereux?… : Eh bien non, à condition d’être prudents et extrêmement vigilants et réactifs sur la route, et puis, comme le disait Paul Coelho: « Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose la routine…elle est mortelle! »

-Un autre mode de transport eut-il été préférable?… : Nous avons rencontré de nombreux voyageurs se déplaçant en bus, en voiture, à pied ou en vélo. Pour nous aucun doute , le camping-car est de loin la meilleure solution en terme de coût, de sécurité et d’indépendance si le voyage dure au moins 3 à 6 mois, et devient franchement intéressant au-delà,

-Et le 4X4 n’est-il pas plus adapté?… : Dans de rares cas, oui, mais grâce aux roues jumelées et à la propulsion arrière nous avons pu passer partout et ne nous sommes jamais ensablés, même si parfois nous étions à l’extrême limite. Par contre un 4X4 avec cellule est plus cher, beaucoup plus petit et moins confortable. Cependant, pour les pistes que nous avons empruntées, un camping-car à traction est à proscrire ou alors il est préférable de rester sur le goudron ou des pistes en très bon état,

-Revient-on changé d’un tel voyage,… : Oui et non. Oui, en nous donnant un peu plus d’ouverture d’esprit comme à chacun de nos voyages et en nous faisant découvrir avec émerveillement des choses auxquelles on ne s’attendait pas et qui resteront gravées à jamais dans nos mémoires. Non, car nous ne nous sommes pas du tout sentis « déphasés » au retour et avons repris aussitôt nos activités interrompues pendant 2 ans, contrairement à certains voyageurs que le retour déprime,

-Quels sont les plus beaux souvenirs?… : dans chaque pays on peut trouver son bonheur mais on peut citer quelques points un peu plus marquants, comme la traversée de l’Atlantique sud,  le survol du Canal de Beagles et d’Ushuaïa, le glacier du Perito Moreno, les montagnes argentines et chiliennes, les chutes d’Iguaçu, le désert du Sud Lipez et le Salar d’Uyuni, le Pérou (lac Titicaca, Machu Pichu et cordillère blanche), les Galapagos, les treks en Amazonie, les plages désertes et la faune du Costa Rica, les éruptions du Volcan Fuego au Guatemala, le parc du Yellowstone et autres grands parcs de l’ouest américain, l’Alaska, ses glaciers, ses ours et baleines, le Québec sur les traces de nos aïeux, mais aussi les civilisations pré-incas, incas et aztèques, les musées de Mexico, Bogota et d’ailleurs, et même les images des albums de Tintin que l’on retrouve « en vrai ».

 

 

 

 

-Quand repartez-vous?………………………………. : ET VOUS , QUAND PARTEZ-VOUS?

 

                   RESTER C’EST EXISTER

                                                               VOYAGER C’EST VIVRE            (Gustave Nadaud)

 

Alaska : crépuscule à Homer
Alaska : crépuscule à Homer

La traversée d’Halifax à Anvers : du 10 au 26 novembre 2018

Cette traversée du retour est placée sous le signe de la balançoire, un coup à droite, un coup à gauche.

Nous sortons de temps en temps sur les ponts pour nous aérer, mais le vent souffle fort et nous sommes souvent mieux dans notre cabine où l’une joue de la guitare et prépare le blog et l’autre lit et regarde des films.

Le capitaine, Dimitri, attendra le 3ème jour pour se présenter avec son équipage et nous énoncer toute une série d’interdictions !p1300706

Nous retrouvons les autres passagers pour les repas où les conversations sont en anglais. Bonne ambiance, mais bien moins chaleureuse qu’à l’aller.img_6774

A table, le jeune Peter, aide-cuisinier nous bichonne, tenant compte de nos goûts.img_6971 peter

Pour cette traversée, nous sommes surpris par les gros chocs sonores des containers contre les rails dans lesquels ils sont glissés, mais aussi par de violentes secousses générées par les vagues, qui nous donnent l’impression de passer à nouveau sur de la piste en tôle ondulée. Les mouvements de roulis et de tangage nous inquiètent et nous finissons par avoir l’autorisation d’aller vérifier le 3ème jour, que notre Iveco est bien attaché sans risque de toucher un autre véhicule.

Le centre de l’océan nous gâte avec des vagues de 7 à 9m et ça tangue beaucoup pour notre plus grand plaisir.img_6567

img_6568

img_6569

Par contre les nuits sont plus compliquées, car nous roulons constamment dans nos lits si peu confortables, fixés dans le sens de la marche : un coup à droite, un coup à gauche. Pour éviter la tempête, le cargo avait pourtant dévié sa route, et à 24h près, il a évité des vagues de 17m, nous dit le capitaine ! (elles atteindront la côte des Canaries, provoquant un petit tsunami détruisant des habitations).

La mer est changeante chaque jour : bleu-canard, ou bien bleue, grise, verte, crêtes écumantes blanches et turquoises.img_6519

img_6516

img_6556

img_6565

En mer d’Irlande, nous doublons une grosse plateforme pétrolière (il y en a une dizaine par ici), ainsi qu’un champ d’une centaine d’éoliennes proches de la côte, à l’arrivée sur Liverpool.img_6591 11-17 mer d'irlande

img_6598

img_6606

C’est notre première halte après 8 jours de traversée.

Nous arrivons à la tombée de la nuit et, sur le pont, nous sommes incrédules, lorsqu’on voit les remorqueurs pousser notre énorme cargo dans l’axe d’une  » minuscule  » écluse. C’est un vrai challenge pour le pilote monté à bord, car il n’y a que 50cm de chaque côté, et il doit aligner parfaitement notre bateau de 300m.img_6676

L’un  des passagers descend ici, tandis que les autres vont faire un tour vers les anciens docks. Nous préférons rester à bord durant les 24h de déchargement- chargement.

Nous profitons de ce que les radars ne tournent pas pour monter sur le pont supérieur, car un officier nous a expliqué que les ondes émises lorsqu’ils fonctionnent sont pires que celles d’un scanner !

Le capitaine reste assez distant, autant avec ses passagers qu’avec son équipage. Par contre les élèves officiers et l’équipage philippin, toujours souriants et aimables, sont d’un contact beaucoup plus aisé. img_6970

Nicolaï, le second, et Thomas, élève officier anglais.

img_6526

Ils sont fiers de travailler sur ce gros bateau qu’ils jugent très sûr. Pour nous, la vie à bord est des plus simple, mais ne nous déplaît pas d’autant que nous n’avons jamais été sujets au mal de mer.

Notre cargo retournera sur Liverpool, New York et Halifax après les prochains ports d’Hambourg puis d’Anvers, vers lesquels nous nous dirigeons. Les philippins travaillent 9  mois avant de rentrer chez eux et une rotation par demi-équipage est organisée. Les officiers, eux, bénéficient d’une rotation trimestrielle.

Nous empruntons le rails d’Ouessant pour rejoindre le deuxième port : Hambourg. Cela sent l’Europe.

Après quoi nous remontons l’Elbe boueuse pendant plusieurs heures par un vent glacial.

Airbus (et son Béluga)  » accueille  » le visiteur.

p1300666 (2)

Malgré sa grosse zone industrielle (très polluée), la ville a fière allure depuis notre observatoire situé 45m au-dessus de l’eau.

p1300682

Deux passagers supplémentaires nous quittent ; l’un retourne en Autriche, et l’autre  va en Norvège. Pendant ce temps, vues depuis notre hublot, les grues s’activent sous nos yeux nuit et jour…sous la pluie.IMG_6914.jpg

Nous repartons de nuit direction Anvers. Le Capitaine nous permet enfin d’aller visiter la salle des machines (encore plus impressionnantes que celles du  » Grande Brasile « ).

La mer du nord est particulièrement calme, et le temps, brumeux. Nous ne finirons pas cette traversée comme nous l’avons débutée.

Il ne nous faut pas plus d’un jour et demi pour atteindre l’embouchure tristounette de l’Escaut et nous engager dans le port d’Anvers.

Nous repassons via l’écluse empruntée à l’aller, devant les gigantesques parkings remplis de voitures neuves ou à l’agonie, destinées à l’export grâce à la  » Grimaldi Lines « .

img_7058

 

Fin de l’aventure…img_7019

 

L’ « Atlantic Sky  » accoste en douceur le 24 Novembre, en début d’après-midi – soit à un mois près, 2 ans après notre départ d’Anvers en 2016 -, et nous descendons sur le quai avec nos bagages, pour nous entendre dire qu’ils ignorent quand sera déchargé notre camping-car.

Alors nous demandons l’autorisation de retourner dans notre cabine pour une nuit et un jour supplémentaire, ne croisant pratiquement aucun marin à bord…img_7077

Le soir du 25, notre véhicule est enfin sorti du deck 2 et stocké sur un parking, car le cargo repart.img_7086 Mais comme nous sommes dimanche, la douane est fermée et il faut encore attendre. Nous passons donc la nuit dans un hôtel des environs.

Le lendemain, après quelques formalités portuaires prises en main par un agent de la compagnie, sympathique et efficace, nous remontons à bord de notre propre vaisseau  » Iveco Mobilvetta Icaro P5 « ,  sans même devoir passer par la douane!

La France…avec ses problèmes et ses gilets jaunes, nous attend !…tout un programme après ces 17 pays traversés dans les 3 Amériques.

2019-01 drapeaux

 

 

 

CANADA : de Québec à Halifax du 18 octobre au 9 novembre 2018

Nous tenons à faire le tour de la Gaspésie (rive droite du Saint-Laurent) avant de rejoindre Halifax. A cette époque de l’année, les aires de camping, les manifestations en tous genres, et nombre de musée sont déjà fermés.

img_5831

Notre voyage se résume maintenant à rouler presque sans trêve jusqu’au port d’Halifax où nous réserverons un cargo à destination d’Anvers. Prendre notre temps nous exposerait en effet aux risque d’être bloqués par la neige et par le froid.

La route scénique 132 Est longe le fleuve, puis la mer. Au loin, la rive gauche est bordée de moyennes montagnes.

img_5475

De ce côté du fleuve, la campagne est parsemée de petits villages qui, à l’image des nôtres, sont regroupés autour d’une église. C’est là que nous nous garons pour nos haltes de nuit.

Un fort vent latéral venu du nord nous secoue et ramène par intermittence des nuages qui déversent violemment leurs flocons. A l’arrière tout est gris tandis que devant nous, le ciel est bleu.

Le Saint-Laurent moutonne, tout gris.

Les oies blanches y ont cependant trouvé refuge.

p1300381

Peu à peu l’embouchure s’élargit et, sur ses rives, bien des lieux nous font penser à la Bretagne, mais avec des maisons un peu partout, posées tels de petits cubes tout le long de la rive. Nous nous demandons comment elles résistent à la violence des vents et aux -40° hivernaux dont on nous a parlé.

A l’extrémité de l’embouchure, outre le retour de la forêt, de grosses collines rocailleuses, noires et friables plongent dans la mer que la route 132 longe de près, avec parfois de fortes pentes.

IMG_5632.jpg

Peu à peu les villages se font rares, installés dans les quelques anses où dévale une petite rivière.Les bateaux sont tous rangés à terre souvent chez leur propriétaire.

 » Gros Morne « , où nous dormons en toute tranquillité à l’abri du vent derrière l’église n’est pas vraiment inspirant.

Tandis que  » Cloridorme « , dont le nom nous intrigue, nous permet d’observer 2 dos noirs de rorquals longeant la côte.

Le Cap des Rosiers est surmonté du phare le plus haut de Gaspésie.

Juste après débute le  » Parc du Forillon « , pointe extrême de cette province.

img_5673

Au moment d’y entrer, nous n’en croyons pas nos yeux  » ah, il sont  » gonflés « , ils ont mis des statues en bois !  » dit Marie-Anne.

img_5683

Bruno ne comprend pas, puis éclate de rire, car ce sont 2  » vrais  » orignaux splendides qui nous regardent avec curiosité. Le face à face est magique.

img_5693

img_5697

Au moins, dans les Parcs, ce animaux ne sont pas chassés, mais en dehors…la chasse bat son plein. Nous avons vu tant de cadavres, pattes en l’air dans les 4X4 ces jours-ci ! Et la coutume locale veut que la tête soit attachée encore sanguinolente sur le toit et/ou sur la capot des voitures, afin de montrer à tous en ville, le plus gros trophée !!

Nous allons au bout du chemin…

img_5702

…et le lendemain, contournant cette pointe, nous laissons l’Iveco à  » l’anse aux sauvages  » (sous-titrée  » amérindiens « ), pour marcher jusqu’au petit phare le plus à l’est de la Gaspésie (1883).

Un panneau explique qu’ici vivaient, depuis le 19è, des familles venues des îles Gersey et Guernesey. Les hommes pêchaient la morue pour le compte des Britanniques, et avaient construit de coquettes maisons et fermes dans lesquelles ils vivaient plutôt bien. Les plus bricoleurs avaient même installé un atelier et un moulin dont profitaient les habitants des autres villages. Entrepôts et magasins complétaient le hameau.

Dans les années 50, ils ont été expulsés au profit de la création de ce Parc, où orignaux, ours et porcs-épics ont repris leurs droits. On peut imaginer le désarroi de ces familles !

P1300454.jpg

Pour nous, cette ultime longue balade est très agréable.

Du haut de la falaise, nous avons la chance de voir les dernières baleines de notre voyage, de tranquilles rorquals qui se nourrissent de plancton.

Ecureuils et porcs-épics sont aussi sur le chemin, poussant de petits cris d’alerte à notre approche…

img_5741

Et nous surprenons à nouveau un orignal sur la petite route, qui se met à courir juste devant le capot un peu effrayé.

img_5804

La ville de Gaspé qui a donné son nom à cette Province a dressé une imposante croix en granit en l’honneur de Jacques Cartier, arrivé ici le 24 Juillet 1534, marquant la prise de possession de ce territoire au nom de François 1er. Mais les premiers bâtiments ont été établis au 18è siècle par Felix O’Hara, premier habitant permanent du lieu. Magasin, entrepôt et taverne ont été regroupés sur cette place, ainsi qu’une hutte en écorce de bouleau utilisée par les Indiens Mi’gmaq (ou Micmac) vivant en Gaspésie où ils sont arrivés depuis plus de 10 000 ans via le détroit de Béring. A noter que , contrairement à certaines affirmations, le terme de « micmac » aurait plutôt une origine européenne.

img_5844

Gaspé était un port bien protégé pour les bâtiments de gros tonnage, et il attirait les pêcheurs de morue saisonniers venus d’Europe. Il est ainsi devenu une plaque tournante de l’économie régionale.

C’est dans la descente à 17% avant Percé que le témoin de nos freins s’allume ! Ouf, nous arrivons en bas sans encombre et Bruno pense qu’il s’agit seulement du témoin d’usure. Tout autre que lui serait inquiet, mais  » tant que ça freine…on verra ça en France » dit-il laconiquement…

img_5871Voici un joli petit bourg faisant face à une falaise rocheuse rouge qui se prolonge par une roche percée.

img_5887

En face, l’île de Bonaventure, sert de refuge à des milliers de Fous de Bassan. Mais aucun bateau ne propose plus la moindre sortie en mer après mi-octobre…

p1300487

En saison les vacanciers affluent, et ce, depuis le début du 20è siècle. Pour nous, il fait 1°! Quant aux homards qui font la réputation de cette côte, ce sont les grands absents : les casiers de pêche sont bien rangés pour l’hiver dans les jardins des pêcheurs.  » Milou, la Gaspésie se visite en été, pas en fin d’automne !!!  »

Redescendant la côte vers le sud, nous abandonnons peu à peu notre vieille France, faisant halte dans des lieux bien tranquilles.

img_5917

 

 

Il suffit de traverser le pont métallique qui mène à Campbellton de  l’autre côté de la Baie des Chaleurs pour se retrouver chez les anglophones, au New Brunswick.

C’est aussi là que pour la 5è fois depuis Prince Rupert, nous perdons une heure sur nos montres et les jours, hélas, raccourcissent encore.

Par ici les terres sont plates, la mer est calme ce jour là…

img_5961

…et nous regardons s ‘éloigner la Gaspésie.

img_5959

Le mauvais temps nous rattrape soudainement. Pluie, bourrasques de vent glacé, et en quelques minutes, de gros flocons tombant horizontalement rendent la route dangereuse, tandis que le pare-brise se couvre de glace.

Mais après quelques kilomètres , plus rien ! Ces 2 journées de route sont comme une parenthèse sur le chemin du retour.

Ce sont les petits drapeaux français frappés d’une étoile jaune qui nous indiquent que nous passons au pays des acadiens, et même de  » la Sagouine  » à Bouctouche.

img_6038

 

img_6033

Ce hameau installé sur l’île aux puces est né d’une pièce de théâtre écrite par Antonine Maillet qui reçut par ailleurs le prix Goncourt en 1979. L’histoire -un monologue – retrace la vie des pauvres gens vivant en Acadie au début du 20è à travers le prisme d’une femme qui faisait notamment des ménages en échange d’un peu de nourriture :  » la Sagouine « . Cette pièce est devenue un symbole de la culture acadienne.

img_6037

Malheureusement, tout est fermé, y compris le village-musée acadien Bertrand. Alors, un peu déçus, nous repartons avec juste en tête des noms de lieux dits comme  » Caraquet, Dieppe, Cocagne, Avenue du bois joli « …

Nous suivons la côte par de petites routes…

… jusqu’au pont de 12,900km (1997) qui relie le New Brunswick à l’île du Prince Edward. Une belle réalisation !

img_6098p1300495

 

Tandis que la brume monte, Bruno roule jusque tard dans la nuit.img_6103

Nous rejoignons la Nouvelle Ecosse après 8 jours de route depuis la ville de Québec. C’est le berceau de l’Acadie où sont arrivés les premiers français vers 1600 en provenance de la vallée de la Loire. A l’époque, ils avaient baptisé la région    » Arcadie  » (  » Paradis Pastoral « ), par référence à  l’Arcadie antique où l’on pensait, dans la France de la Renaissance, que l’on y vivait d’amour et d’eau fraiche. Le terme a été déformé au 18ème pour devenir Acadie.

Pourtant ce fut loin d’être idyllique puisque, suite au  Traité d’Utrecht, ce territoire à été cédé à l’Angleterre qui a déporté environ 14000 personnes à partie de 1754. On les retrouve en Louisiane, dans les Antilles, et certains sont revenus s’installer dans les îles situées au large, leurs terres étant occupées. Cette page de l’histoire nous contraint à nous remettre à l’anglais pour de bon quand nous allons déjeuner à  » Pictou », ( « so Scottish « ) sur le port. Nous voici seuls dans le restaurant tandis que le petit voilier  » Hector  » attend les touristes pour la prochaine saison( réplique d’un navire de transport de migrants du 18è).

Marie-Anne commande du homard, histoire d’en goûter au moins une fois, et on lui sert un sandwich de pain chaud avec des miettes de  » lobster « , de la mayonnaise et trois feuilles de salade. Voici comment les locaux dégustent ces délicieuses bestioles. Autant dire que le goût du homard est indécelable !

Le paysage se transforme en collines sauvages.img_6190

Ne manque que le soleil, et nous nous arrêtons pour la nuit sur le petit port de Ballantynes Cove (pas de whisky !), où le vent nous ballote dans tous les sens au risque d’avoir un lanterneau arraché.

p1300498

Le matin, nous montons au phare du Cap George prendre notre petit déjeuner avec une vue royale.

img_6187

C’est un peu plus loin qu’au détour d’un virage, nous nous retrouvons dans un ravissant paysage ensoleillé… tout blanc !…

… et sur le versant suivant…plus rien !

img_6219

Ces brusques épisodes neigeux nous dissuadent d’aller jusqu’au Cap Breton, pointe Est de la Nouvelle Ecosse et où on nous dit que le risque d’avoir beaucoup plus de neige est bien réel. Alors nous continuons notre route vers Halifax via la côte, nous arrêtant à Sherbrook, village datant de 1867, très animé avec des acteurs locaux en costume d’époque…en été seulement.Les premiers habitants arrivés en 1655 étaient français et avaient appelé leur village  » Fort Sainte-Marie « que nous visitons rapidement. Le vent est très froid et nous avons l’onglée.

Loge maçonnique et église se côtoient.

La route évolue vers le sud entre forêts de feuillus et de sapins, rivières et lacs, puis suit la côte sans toujours s’en approcher.

Ce sont surtout des bras de mer ,à anses et petites baies où nous découvrons des usines de pâte à papier, une des activités de cette région, mais que les habitants contestent. L’habitat est dispersé et les villages rares ; autant dire que la route est un peu longue et tristounette. Seul le splendide coucher de soleil nous ferait mentir.

img_6275

La chance nous sourit lorsque, nous arrêtant pour la nuit à Sheet Harbour, un modeste village côtier, nous nous garons le long du centre des visiteurs, évidemment fermé pour la saison. Mais le wifi y est de bonne qualité et personne ne vient nous déloger.

img_6294

Pluie et vent nous incitent à travailler et c’est ici qu’ENFIN, nous pouvons finir de mettre sur le blog la fin du Mexique.

Sheet Harbour a été fondé en 1780 par des vétérans anglais et des loyalistes réfugiés de la révolution américaine.

Les deux rivières dont les eaux tumultueuses se rejoignent à cet endroit en ont fait un lieu idéal pour descendre le bois des collines et installer au 19è des moulins de pâte à papier, elle-même chargée sur des bateaux dans l’anse maritime. Activités qui perdurent encore dans la baie et dans le port de Pictou.

Ce temps médiocre fait place au brouillard lorsque nous nous rapprochons  de Dartmouth, ville industrielle et commerciale, qui fait face à Halifax.

img_6306

img_6301

img_6372

Un passage au garage nous rassure sur l’état de nos freins malgré tous les voyants allumés : le camping-car pourra descendre dans les cales du cargo.

Le soir du 31 Octobre ( Halloween), nous cherchons de l’eau à l’autre bout d’Halifax. Quelle n’est pas notre surprise en empruntant la rue la plus chic : la plupart des maisons sont éclairées et arborent des citrouilles et squelettes en guise de décoration extérieure. Un défilé sans fin de bambins, plutôt asiatiques, montent frapper aux portes pour recevoir des bonbons avant de passer à la maison suivante, suivis par d’autres groupes.

Cela faisait un mois que les citrouilles étaient vendues et exposées un peu partout, certaines bien sculptées. Dans un supermarché, nous en photographions une de 400kg…qui n’aura pas trouvé d’acheteur.

img_6166

Le temps reste froid, venteux, pluvieux, avec parfois des éclaircies. Un mail nous avertit qu’on pourrait avoir un cargo le 7 Novembre. Alors nous attendons 6 jours, alternant les parkings Walmart entre Dartmouth et Halifax car les camping-cars y sont tolérés pour la nuit, tandis que les magasins Home Dépot offrent un bon wifi libre. Nous en avons besoin pour le blog auquel nous travaillons sans relâche. La recherche d’eau reste un problème et nous fait perdre beaucoup de temps. Ce sera finalement une station service qui nous dépannera.

Nous en profitons pour aller jusqu’à  » Black Roch Beach « . On y voit de vieux blokhaus et des stèles érigées à la gloire de la marine et de l’aviation canadienne qui ont protégé les navires ravitailleurs des alliés sur la voie de l’Atlantique Nord entre 1942 et 1945.

C’est d’ici que notre cargo quittera l’Amérique.

img_6330

Les formalités pour le bateau nous obligent à faire quelques aller-retour d’une ville à l’autre avant la dépose du camping-car sur le port, le lundi 5 Novembre. Nous devons alors préparer nos sacs pour la traversée en cabine, vider nos bouteilles de gaz, et installer pour la 3è fois, les fameuses portes de séparation entre cabine de conduite et habitacle qui étaient stockées dans la soute. L’Iveco devient alors un vrai champ de bataille car il faut tout vider pour les récupérer, mais après une demie-journée de bricolage, Bruno finit de les installer. Nous sommes prêts, et prenons le dernier repas dans notre véhicule avant la traversée.

img_6375

Le 5 au matin, nous le laissons sur le quai, et ce sont les dockers qui le monteront à bord, à côté des Dodges et Mustangs neuves.

img_6383halifax

Puis nous partons en taxi dans un hôtel du centre d’Halifax.

En fait l’ « Atlantic Sky  » a pris du retard à New York et l’embarquement est repoussé au 10 Novembre. Dommage : nous aurions pu continuer à explorer la côte en camping-car. Aussi, nous continuons notre blog et arpentons les rues d’Halifax, dans le quartier du port.

A côté de notre hôtel, la citadelle en forme d’étoile, rénovée au 19è ne présente que peu d’intérêt. Elle appartient à un système de fortifications mis au point par les britanniques dès 1749 pour la protection de ce port stratégique.

p1300539 (2)

La nouvelle bibliothèque n’est pas mal du tout.

img_6417

Il reste quelques vieux bâtiments…

…mais la cathédrale néo-gothique et la maison du premier gouverneur sont…fermés.

p1300531

Tout compte fait, le style architectural ne dégage aucun charme, les bâtiments sont lourds et hétéroclites. On ne trouve que très peu de jolies maisons anciennes en bois car la ville a été ravagée en décembre 1917 par un incendie extrêmement dévastateur.

formatfactoryimg_20181105_155220

En effet, un cargo français transportant 2900 tonnes d’explosifs, le  » Mont Blanc « , a été heurté dans le port par le  » Imo  » (navire de secours norvégien chargé d’apporter de l’aide à la population belge).

Le  » Mont Blanc  » a pris feu immédiatement, suivi 25 minutes plus tard d’une monstrueuse explosion, la plus forte jamais enregistrée avant le bombardement d’Hiroshima (1945), suivie d’un tsunami. A tel point que l’énorme tige d’ancre du Mont Blanc a été projetée à 4 km, où elle se trouve toujours. Tous les quartiers proches, dont  » Africaville  » où vivaient des africains, et le village Mic Macq ont été réduits en cendres faisant au moins 2000 morts, plus de 9000 blessés et 25000 sans abris. Un terrible accident que personne n’oubliera ici.

formatfactoryimg_20181105_155332

formatfactoryimg_20181105_155325

formatfactoryimg_20181105_155229

Côté positif, nous sommes sous le charme des couleurs d’automne et des petites bestioles peu farouches.

img_6302

img_6336

Le 9 Novembre à 23 heures, nous devons nous présenter à l’entrée du port accompagnés d’un agent portuaire.

Il nous conduit auprès de l’équipage philippin et l’un d’eux nous amène dans notre cabine au 8è étage, avec vue sur l’arrière…c’est à dire, sur des containers.

img_6446

img_6560

Nous faisons un tour rapide des lieux alloués aux 6 passagers que nous sommes, une française, un australien, un anglais et un autrichien ( tous célibataires).

Puis nous passons notre première nuit à bord. Nous cherchons le matelas, mais  » n’est-ce pas plutôt un sommier pour fakir ? « …dur dur.

« L’Atlantic Sky » est un cargo roll-on-roll-off : il transporte des véhicules sur roues tout comme des containers, mesure 300m de long, 37,50 de large et 45m de haut jusqu’à la passerelle.

Il a été construit à Shanghaï en 2017, mais, de conception suédoise, et son moteur est allemand. Difficile de croire qu’il n’a qu’un an et demi. Il est nettement moins bien conçu que le  » Grande Brasile  » pris à l’aller, et seule la grande salle à manger/TV permet une vision frontale.

Des containers devant et derrière : nous ne pouvons voir ni l’avant ni l’arrière même en montant sur le pont.

 

Une laundry et la salle de sport sont à notre disposition, comme à l’aller. Les horaires des repas sont pires qu’en maison de retraite : 7h, 12h, 17h.

 » Voici une belle traversée qui s’annonce mon vieux Milou…  »

img_6453

Samedi 10 Novembre, il pleut, et nous attendons tous impatients, la fin du chargement jusqu’à la nuit.Il s’agit essentiellement de containers (presque pas de véhicules). Nous savons juste que notre Iveco est au deck 2.

Un léger mouvement…il est 19h…

…montés sur le pont, gelés, nous QUITTONS LE CONTINENT AMERICAIN. Nous glissons le long du chenal, saluant Halifax by night…

… et quand nous atteignons la haute mer, nous voyons les étoiles…et le cargo commence à tanguer et à rouler.

 » eh bien Milou, sapristi quel voyage!… »

p1300076

 

.

 

 

 

 

 

CANADA : le Québec, de Montréal à Québec du 11 au 18 octobre 2018

Rien ne nous indique nous sommes dans la Province de Québec, à part les noms français des communes sur les panneaux indicateurs. Nous sommes émus par ces lieux qui retracent  une histoire : Limoges, Plantagenet, Massena, sans compter les innombrables saints et saintes ( Saint Zotique, Très Saint Rédempteur, Saint Télesphore, et autres Polycarpe…pour ne citer qu’eux).

Mais nous arrivons sur l’île de Montréal, via une autoroute très chargée à l’heure des embouteillages, et  sous la pluie. Nous espérions pouvoir nous stationner pour 2 ou 3 jours sur un parking du port, mais il est désormais interdit aux camping-cars. Avec quelques difficultés, nous finissons par trouver  » le  » camping ouvert sur la rive droite du Saint-Laurent. C’est une simple prairie entre fleuve et autoroute, à côté d’un petit port de plaisance d’où l’on aperçoit le centre et le pont Jacques Cartier.

Marie-Anne est très impatiente de découvrir  » cette  » ville car il existe 6  Montréal en France, en particulier dans l’Yonne à 10km d’Avallon où un joli village moyennageux est construit autour d’une motte castrale, dominé par son élégante et sobre église collégiale romane du 12è siècle.église montréal

Fief de sa famille maternelle, elle y a passé toutes ses vacances et rêvait de connaître la Montréal canadienne.

Justement,le soleil se met de la partie, atténuant un peu le vent très froid. Et c’est en métro, qui passe sous le Saint-Laurent, que nous rejoignons le centre ville. Rapidement nous pouvons confirmer que les Québécois sont vraiment sympathiques et nous avons grand plaisir à dialoguer avec eux.

Petite surprise, nous découvrons une amusante exposition de Barbies…

Puis nous arpentons de nombreuses rues…img_4833

et enfin, les vieux quartiers :

-la place des Armes avec la statue de Maisonneuve, fondateur en 1642 de Montréal, et gouverneur de l’île pendant 24 ans…

-l’Hôtel de Ville : copie de la Mairie de Paris…IMG_4878.jpg

-la Place Jacques Cartier avec ses bars et ses musiciens de rue qui chantent Piaf, Trénet et Montand…

Est-ce le temps ?, nous éprouvons un peu de déception vis à vis d’un style architectural un peu lourd, froid et anarchique.

La très visitée Basilique Notre-Dame (19è), payante, est envahie d’une foule de curieux bruyants et bien peu respectueux du lieu. Elle a été imaginée par un architecte irlandais protestant converti au catholicisme et qui se serait inspiré de la Sainte Chapelle à Paris. Les vitraux ont été fabriqués à …Limoges, par Francis Chigot. L’éclairage bleu met particulièrement bien en valeur,  le choeur, lui conférant un aspect mystérieux.

img_4916

p1300085

Nous grimpons sur le clocher de la chapelle Notre-Dame, pour avoir une vue sur le port.

Montréal, trop grosse ville, ne provoque en nous aucun réel coup de coeur, excepté pour l’intérieur du Centre de Commerce Mondial. La ruelle entre deux bâtiments est devenue une galerie couverte élégante.

Le bassin de la fontaine art-déco est une réalisation remarquable faisant de l’eau un vrai miroir, sans la moindre ride, se déversant sur des pierres noires polies. Un véritable bijou artistique et architectural.p1300078

La colline du  « Mont Royal  » domine la ville, immense parc pour les citadins, qui se prolonge par un cimetière gigantesque.

Sur un de ses flancs ont été construits une Université et l’imposant Oratoire Saint-Joseph, vague copie de Montmartre où ont lieu concerts et diverses manifestations.img_4980

Mais il fait bien froid, et nous nous contentons d’un tour en camping-car dans les quartiers résidentiels, le  » quartier latin  » ou  » le village « .

C’est là qu’aiment à se retrouver étudiants et immigrés français.

img_4996

Il eut sans doute fallu venir en été pour mieux sentir l’âme de cette très grosse ville et vivre ses animations variées. Nous repartons  » refroidis « , traversant le grand pont Jacques Cartier qui débite son flot quotidien de véhicules.

Bruno souhaite continuer la route en direction de Victoriaville où nous espérons retrouver Christine et Jacques, un couple de voyageurs rencontrés au Pérou avec lesquels nous avons bien sympathisé.

Le réservoir Baudet est un lieu de rendez-vous des oies, essentiellement blanches (les vraies, pas les autres!). De fait, le petit lac est…BLANC, lorsque nous y arrivons.

img_5024

img_5038

Nos amis nous rejoignent ici même avec grand bonheur. Jacques est photographe animalier professionnel : quoi de mieux que ces 50000 volatils à portée de main.

Nous pensions passer quelques heures ici, et restons finalement toute la journée stupéfaits d’entendre ces oiseaux siffler, criailler et cacarder à qui mieux mieux. De temps en temps un groupe s’envole dans un grand bruissement d’ailes puis revient.p1300185

img_5032

p1300175

Mais en fin d’après-midi, le spectacle devient incroyable. Ce sont des vagues successives qui gagnent le ciel pour former peu à peu des V. Elles partent de différents endroits par petits groupes pour se rejoindre sans logique apparente.

Et avant chaque envol, elles se dressent sur l’eau en secouant leurs ailes, et semblent répondre à l’une d’elles qui fait un tour :  » prête pour le départ ?  » –  » oui, c’est bon  » –  » et toi ?  » –  » OK, pas de problème « .

C’est fascinant et en l’espace de plusieurs heures, le lac se vide en grande partie, laissant le ciel constellé de V, tandis que d’autres groupes d’oies viennent se poser jusqu’à la tombée de la nuit.img_5132

img_5107

Cette journée sera aussi à mettre parmi les grands moments du voyage.

Il se poursuit sous des trombes d’eau jusqu’à la ville de Québec…

Nous nous arrêtons dans le joli quartier de Sillery car cette commune qui fait partie de l’agglomération de Québec honore le nom du frère d’un des ancêtres de Marie-Anne. Au 17è siècle, Noël Brulart de Sillery en est devenu le bienfaiteur par l’acquisition d’une anse du fleuve qui porte son nom et par une dotation financière importante ayant permis aux Jésuites de s’installer et d’aider la population locale.p1300357

Grâce à la société historique qui nous accueille nous obtenons davantage de renseignements particulièrement intéressants. La commune et également une belle avenue portent son nom.

Moment à la fois émouvant et amusant quand on sait que les québécois font les mêmes démarches, mais…en France, pour reconstituer leur arbre généalogique.

Petite remarque : Nicolas, le frère de Noël aurait eu l’idée de la fabrication du champagne, et le  » Sillery  » existe toujours ! On comprend mieux maintenant l’intérêt de Marie-Anne pour les bulles.

Le sympathique prêtre qui nous donne les premiers renseignements, nous permet aussi de passer la nuit devant l’église, d’où nous avons au petit matin une vue dégagée sur le Saint-Laurent.p1300201

 

En contrebas, l’anse de Sillery a toujours connu une activité industrielle et commerciale car depuis le 19è siècle, on y entreposait, préparait et expédiait des billes de bois par milliers vers l’Angleterre.

En effet, en 1806, alors que les guerres napoléoniennes occupent l’Europe, et que le Blocus continental à l’égard de ce pays est prononcé, celui-ci approvisionne sa marine en bois d’oeuvre au départ de l’anse de Sillery. De cette époque, restent quelques maisons bien conservées.

Non loin, le pont métallique de Québec, dont la travée suspendue mesure 549m entre les deux piliers principaux. C’est le pont cantilever le plus long du monde.img_5190

Durant sa construction, la traversée centrale s’effondra à deux reprises en 1907 et 1916, faisant plusieurs victimes.img_5187

Il a été ouvert à la circulation ferroviaire en 1917, et automobile en 1929.

Le musée des Jésuites…img_5215

…nous apprend que les Iroquois vivaient dans la région il y a 3000 ans. Ils ont commencé à commercer avec les premiers explorateurs venus acheter des fourrures en échange d’objets en fer, de perles, d’armes et … d’alcool. Les relations n’étaient pas toujours idylliques, d’autant que les guerres tribales étaient très fréquentes notamment avec les indiens Hurons-Wendat ou Algonquins, installés sur les berges du fleuve ou « saisonniers » pour la pêche à l’anguille.

p1300332 (2)

(reconstitution d’un village huron-wendat).

Les missionnaires en ont aussi fait les frais!p1300340

Les iroquois ont rejoint d’autres territoires, décimés par les maladies des européens, les guerres et les mauvaises récoltes, tandis que les hurons-wendat se sédentarisaient sur place et vivent aujourd’hui dans un des quartiers de Québec. Et en cas de rencontre on peut amorcer le dialogue:

-Kwe (bonjour)

-Ahskennon’nia (comment vas-tu?)

-Önenh (au revoir)

Nous sommes impatients de voir Québec dont le monumental hôtel Frontenac est mondialement connu. Il domine les vieux quartiers et le fleuve. Comme il fait toujours froid, nous montons prendre un chocolat chaud dans la tour panoramique de l’hôtel Concorde.

De là, nous dominons le centre, le champ de bataille entre français et anglais, le château et la citadelle.

La vieille ville est entourée de fortifications.

Mais c’est bien l’énorme hôtel Frontenac qui capte toute notre attention. p1300270 (2)

Il a été construit en 1893 par le  » Canadian Pacific Railway  » dans le cadre de sa chaîne d’hôtels luxueux. Ce n’est qu’en 1924 que la tour centrale a été rajoutée.

Une grande esplanade en bois, la terrasse Dufferin (19è) s’étire juste devant offrant une vue panoramique sur le Saint-Laurent, le port et la vieille ville.

La statue de Samuel Champlain trône sur la place.img_5318

Comparé à l’hôtel Frontenac, l’édifice  » Price  » (1929), un des premiers gratte-ciel du Canada, de style art-déco, fait un peu maigrichon.img_5325

Le quartier le plus vivant est celui  » d’en bas  » où Samuel Champlain venu de Brouage (Charente -Maritime) en 1608, a construit son   » abitation « . Là est née la civilisation française en Amérique du Nord. La place Royale avec le buste de Louis XIV…un peu occulté par les décorations…fut le premier établissement permanent en Nouvelle France.img_5340

 » Tiens, mais qui est là ?  »

On a plaisir à déambuler le soir dans le quartier Champlain aux rues pavées, avec ses restaurants, bars et boutiques. Halloween se prépare ici aussi.img_5350

img_5352

 

p1300309

Toute la vieille ville est mise en valeur avec ses illuminations.

Mais le vent est bien froid (2°), et le risque de neige se précise.

Un dernier tour…et nous partons.

 

 

CANADA : des chutes du Niagara au Québec du 6 au 11 octobre 2018

La Niagara River sépare le lac Erié au sud, du lac Ontario. De là, les eaux iront former le fleuve Saint Laurent parsemé d’îles et d’îlots.

Longeant la péninsule, nous parvenons à  » Niagara Falls  » où nous nous garons sur un parking près de la fameuse  » Skylon  Tower « .IMG_4261.jpg

Nous sommes à 3 minutes à pied des chutes situées en contrebas, et c’est à la nuit tombante, immeubles et hôtels baignés de brume, que nous les découvrons.

niagara falls

Si le Canada a une vue directe sur l’ensemble des deux chutes, les Etats- Unis, sur l’autre rive, les dominent et propose des tours en bateau pour s’en approcher, même la nuit.img_4285

Côté Canada, il y a foule avec toujours et encore des quantités d’Asiatiques et d’Indous.

Le show lumineux en fait un véritable spectacle que nous avons du mal à quitter pour remonter fêter cela au restaurant ( le vin du Niagara est tout à fait honnête).

Un  » vieux  » guitariste y chante du Gordon Lightfoot, ( qui se produit encore)…img_4180

Marie-Anne fredonne toutes ses chansons,…séquence souvenirs !, mais qui se souvient de lui chez nous ?

De jours, les chutes sont encore plus spectaculaires. Mais que de monde!

Un gros nuage s’en élève et mouille totalement les curieux qui s’en approchent.img_4404

Ce qui est surprenant, c’est la puissance des remous qui commencent à se former en amont, butant sur des quantités de rochers immergés.Un peu plus en amont encore, la rivière est toute calme.img_4394

Une couleur vert turquoise frange la ligne de chute.

p1290913

img_4392

Les bateaux sur lesquels les touristes sont tous équipés de « pare-pluie  » colorés, tentent d’aller au plus près. De gros rochers sont amoncelés au raz de l’eau, ce qui peut expliquer – en partie seulement – que les amateurs de grand saut se soient presque tous tués.p1290903

Pourtant un garçonnet de 7 ans, tombé de la barque de son père pêcheur, emporté par le courant, a survécu !

Un film résume les différentes tentatives pour dompter les chutes. Ainsi, une ex-institutrice de 63 ans, cherchant la gloire, a eu l’idée en 1901, de se faire enfermer dans un grand tonneau, isolée des chocs par un matelas. Les gens la prenaient pour une folle, mais acceptèrent de la mettre à l’eau dans son embarcation de fortune.

Contre toute attente, elle survécu, bien sonnée par sa chute. La pauvre n’en tira aucune gloire et vieillit tristement seule et désargentée.

C’est un funambule français qui réussit la traversée des  » Niagara Falls « , le 30 juin 1859.p1290931

Tesla, un jeune et brillant ingénieur croate (1856-1943) a été le premier à avoir l’idée de mettre au point un système de courant alternatif en utilisant la force des chutes dès1895. L’usine électrique fonctionne toujours, et cette invention a été étendue à la plupart des moteurs électriques. Aujourd’hui, les voitures  » Tesla  » sont en plein développement aux USA.

Nous avons la chance d’avoir un temps doux et ensoleillé, et allons prendre quelques photos dans la ville animée. Il y a un peu du  » Disneyland  » au centre, et une multitude d’hôtels, bars et restaurants. Les USA sont en face.

img_4308

En ce qui nous concerne, nous avons bien des difficultés à trouver de l’eau pour nos réservoirs, comme souvent au Canada, et c’est un des rares campings encore ouvert à cette saison, qui accepte de nous dépanner. De là, nous faisons un rapide tour jusqu’au lac Erié dont on nous a vanté les grandes plages de sable fin, et plutôt  » familiales « .

La petite ville de  » Niagara on the Lake « , au bord du lac Ontario sur la rive gauche du fleuve, a conservé tout le charme de son habitat du 19è. Ce bourg fut fondé par des Loyalistes venant de l’état de New York après la Révolution américaine.

Le Fort George gardait l’entrée du fleuve Niagara…

p1300038

img_4563

…et faisait face au Fort Niagara américain, de style  » Vauban « , construit par les Français pour défendre les intérêts de la Nouvelle France en Amérique du Nord au 17è. Il fut ensuite occupé par les Britanniques.img_4578

Ces constructions défendaient le passage très stratégique des convois de marchandises entre le nord et le centre de l’Amérique. Les bateaux ne pouvant franchir les hautes chutes étaient déchargés ici, et les marchandises transportées par terre, jusqu’au lac Erié. Tout autour, les vignobles sont proches, et les touristes nombreux. Golfs, maisons cossues jalonnent le sud du lac Ontario.

 

Aujourd’hui, le canal Welland construit entre 1914 et 1932, relie les deux lacs, tandis que des ponts ascenseurs permettent le passage des bateaux.