SUD CHILI ET PARCS DES GLACIERS : Chili-Argentine

Du 23 février au 13 mars 2017

De Punta Arenas au Parc Torres del Paine, nous voyageons au Chili sur une distance d’environ 300 kilomètres. C’est d’abord un paysage de steppes et de lagunes où oies sauvages et moutons  s’offrent à notre regard tout le long de la route.

Comme partout, il faut faire très attention aux guanacos qui sautent les clôtures sans fin, paissent au raz du goudron et peuvent traverser à tout moment. Un coup de klaxonne est en général suffisant pour qu’ils fassent demi tour et s’éloignent un peu.

DSC02353

Au nord du parc Torres del Paine, se trouve le gigantesque parc des glaciers, environ 350 km du nord au sud, situé en Argentine. Nous revenons le 1er mars dans ce pays , et nous repasserons au Chili plus tard, par une frontière au nord, perdue au bout d’une piste très caillouteuse de 100km. Nous la faisons à 30 à l’heure , pour rejoindre la Carretera Australe.

PUNTA ARENAS …

…nous surprend par son côté très européen et ses grandes surfaces bien achalandées. Il y a même une vaste zone franche qui contribue au réel développement économique du pays. Nous y faisons nettoyer notre camping-car chez Lavacar (une heure de karcher !!! pour enlever la couche de boue séchée).

Le vent souffle très fort et on admire ces petits commerçants qui, quel que soit le temps, arriment leur étalage pour essayer de vendre aux touristes.

121 2017-02-25 vent décapant

La ville colorée est dédiée à Monsieur Braun Menendes  qui l’a développée au 19è. Voici sa maison et la statue de Magellan, autre personnage vénéré

135 2017-02-26magellan

89 20017-02-24

Nous allons jusqu’au bout du bout de la piste chilienne. Son fort  » Bulnès  » fait face au détroit de Magellan. C’est en 1843 qu’ainsi la jeune république du Chili a pu prendre possession du détroit.

Nous y apercevons même des dauphins chassant au milieu des algues non loin de la rive. L e site très sauvage offre de multiples balades pour les trekkeurs.

55 2017-02-24 détroit magellan au sud

Au nord de Punta Arenas, un passionné a reconstruit les bateaux : NaoVictoria (Magellan);

151 2017-02-26

 

La copie de celui de Magellan est assez émouvante et on a peine à croire qu’il soit venu de si loin explorer ces contrées si belles mais si inhospitalières avec un tel navire,  ventru et si peu confortable; Beagle de Darwin, et la goélette Ancud de Shackleton et sa chaloupe.

 

La route 9…

173 2017-02-26 cycliste

 

…nous mène à Puerto Natales. C’est un gros bourg, port de pêche et ferry,  très axé sur le tourisme avec une multitude d’hôtels, même les plus improbables.

Si la baie est jolie, ce port est bien mal mis en valeur et cela sent un peu le bout du monde ici.

Pourtant, c’est de là qu’on rejoint le fameux Parc Torres del Paine avec ses multiples glaciers, lacs, sentiers,

ses 3  » Cuernos  » bicolores (environ 2400m) constitués de granit gris clair et de sédiments noirs au sommet, roches exceptionnelles, et les fameuses trois Torres (2800m).

346 2017-02-28

Piste infernale pour accéder au lac du glacier Grey qui se déverse dans le lac du même nom. Nous partons en bateau (3h) admirant au passage, de jolis icebergs bleus qui dérivent lentement.

La façade bleutée du glacier est sublime. Un moment frisquet (de 9h à 12h), mais inoubliable.

277 2017-02-28

Et pour la première fois, nous profitons à la fois du wifi de l’hôtel d’où part le bateau et d’un excellent cocktail sur la terrasse.Nous y prenons même notre petit déjeuner le lendemain, ayant une pensée forte pour notre fils ainé Etienne qui serait sûrement très intéressé d’en découvrir l’archi  » chic planches de bois. »

264 2017-02-27

Journée bénie car le lendemain nous essuyons à Zona Pudeto une tempête de vent mémorable non loin de l’énorme cascade du lac Nordenskjöld qui se déverse dans le lac Péhoe turquoise!

Les bourrasques en sont si fortes qu’elles lavent  » au karcher  » le camping-car garé devant, le secouant dans tous les sens, et projetant des graviers sur la carrosserie. Des oies sauvages juste devant nous semblent aussi inquiètes que M-Anne et se font à demi renverser à chaque coup de vent.

353 2017-02-28 sorcière d'eau

354 2017-02-28 vlan sur la vitre

Bruno, confiant, reste garé là pour dormir, et M-Anne ne ferme pas l’oeil de la nuit !! Il pensait que cela allait se calmer.Eh bien non ! Le lendemain, bourrasques violentes et pluie continuent toute la matinée.

Puis le soleil revient et après une piste homérique,360 2017-03-01 nous pouvons contempler les fameuses Torres : 3 aiguilles granitiques de 2850, 2800 et 2243m.

387 2017-03-01

Mais ces temps incertains et ces mauvaises pistes sans fin nous incitent à monter vers le nord. Tant pis pour les balades ! Nous retrouvons une mauvaise route …mais avec arrêts de bus,…

407 2017-03-01

…pour passer en Argentine…410 2017-03-01 …par une petite frontière sans personne sauf un équipage français de camping-caristes, Etienne, Amélie et leurs 2 enfants, Célestin et Appoline (2ans et 4 ans). Les formalités de douane sont expédiées et nous repartons après avoir fait plus ample connaissance avec cette sympathique famille.Les paysages sont très pelés…417 2017-03-01 …et peu fréquentés, sauf….. »attention on nous double par la droite!!! »

425 2017-03-01

Nous avons hâte d’arriver au Perito Moreno, le fameux glacier qui tombe dans un des fjords du lac Argentino, plus grand lac d’Argentine, que nous longeons pendant plus de 60km à travers une steppe très rase.431 2017-03-01

595 2017-03-04 bout lac argentino

Nous arrivons ainsi à El Calafate, petite ville vivant à fond la carte du tourisme. Oasis de saules, peupliers d’Italie, jardins très fleuris de roses, lavandes, iris, marguerites, etc.. qui.en font le charme.

Périto Moréno, (1852-1919) naturaliste, géographe et chercheur de fossiles y est ainsi représenté. C’est lui qui a grandement contribué à fixer les frontières entre Chili et Argentine.

Une jolie lagune borde les rives du lac accueillant oies sauvages, cygnes à cou noir, flamands roses et canards divers. Ainsi que ces « terro » et « Bandurria » (black faced ibis).

Là encore, nous rencontrons des Argentins très chaleureux, heureux de vivre ici bien plus qu’à Buenos Aires.  » Mon  » coiffeur, Julio m’offre même un CD des chansons qu’il chante et enregistre. Sa femme Adryana me propose le fameux  » maté  » qu’on se passe entre amis, boisson traditionnelle des indiens guaranis. Celà ressemble au thé, mais un peu amer avec une arrière petite note de  » foin « . Les feuilles sont cultivées au nord-est de l’Argentine, puis séchées au soleil. Partout en Uruguay et dans le nord, nous avons croisé ces buveurs invétérés de maté, le thermos d’eau chaude à la main, (et quoi qu’ils fassent ),le petit bol de maté d’où sort une pipe ,  » la bombilla  » qui permet d’aspirer le breuvage brûlant à longueur de temps. Quoi de plus convivial ? !

A une heure d’El Calafate se trouve le glacier Perito Moreno, l’un des  » must  » de notre voyage, que nous avions si hâte de découvrir.

Cet énorme glacier de 14km de long,  4 km de façade lac, avec des séracs s’élevant jusqu’à 70m, est l’un des rares, dans le monde à avancer chaque jour.

 

551 2017-03-03 transparence

Par conséquent, il vit, et les morceaux tombent sans cesse dans l’eau turquoise. On entend, mais sans rien voir, des bruits de torrents, de vagues, des grincements métalliques, puis soudain, un coup de fusil ou de canon selon l’importance du morceau de glace qui se détache. Parfois, ce sont carrément de gigantesques blocs, et là c’est un bruit d’explosion et une gerbe d’eau s’élève.

493 2017-03-03 splatch

Après , à peine quelques bruits d’eau, des morceaux de glace flottent en formant un demi cercle, puis le calme revient.

Cela explose à droite, à gauche, on ne sait jamais où, si bien qu’on reste des heures, voire une journée, comme nous, à guetter, arpentant les ingénieuses passerelles construites dans la forêt et qui font face au glacier à différents niveaux.

C’est MAGIQUE ET FASCINANT. Nous sortons les derniers de ce parc qui ferme à 20h, ivres de ce spectacle en continu, mais toujours changeant. La petite pluie de la matinée a cédé la place au soleil nous offrant de magnifiques perspectives.Ce beau spectacle restera à jamais gravé dans notre mémoire, aussi pour clore cette belle journée, nous nous offrons bulles et foie gras français !!!!576 2017-03-03 foie gras bulles

Mais il reste plus au nord le site d’El Chalten, petit bourg dominé par le très couru  « FITZ ROY  » et le   » Cerro TORRE « .

Nous nous attendions à trouver là un paysage alpin, mais dans cette région, la forêt reste patagonienne et la route qui y mène, une vraie steppe désertique couverte de petites plantes épineuses.

Sous une pluie battante, nous prenons un jeune couple d’autostoppeurs, Marielle et Nicolas : ils sont français !625 2017-03-04 autostoppeurs marielle et nicolas

Des kilomètres sans rien et puis soudain apparaît un immense lac turquoise, celui du glacier Viedma bordé de pics rocheux .623 2017-03-04 rte 23  Et nous voici à  à El Chalten

Le majestueux Fitz Roy 3405m et, tout près, le Cerro Torre 3102m n’attendent que les alpinistes en tous genres : trop beau !!!!! Comment pourraient-ils résister !

Nous commençons par prendre la piste jusqu’au lac del Desierto ,ayant admiré la face nord du Fitz Roy et fait un arrêt utile…

DSC02172

 

et une belle rencontre…ils ont la « pêche! »

684 2017-03-04 2 beaux saumons

 

Le lendemain, nous partons faire un sentier de 18km A-R pour le Cerro Torre.

Le jour suivant, ce sont 8 km mais avec un dénivelé plus fort pour nous approcher du Fitz Roy

Le soir, nous faisons une halte bien sympa au restaurant Pangea tenu par DANTE un Argentin particulièrement chaleureux, accueillant et…cultivé, qui nous parle avec passion de son pays.Fiers et heureux de nos randonnées sportives, malgré quelques courbatures, nous avons le sentiment d’avoir fait et vu ce que nous voulions, chanceux une nouvelle fois d’avoir eu assez beau temps.

Nous reprenons la fameuse route 40 vers le nord, mais plusieurs jours de pluie et de fort vent ont inondé et coupé la section  » piste  » devenue une vrai bourbier.

Même les locaux sont enlisés avec leur 4X4, et les cuves de la station d’essence sur laquelle nous comptions, sont inondées. Et c’est là que nous retrouvons Etienne et sa famille  (camping-car bleu) !

Nous voici tous obligés de faire un détour de 1200km par l’est entre pluie et fortes rafales.  Plus loin, Etienne nous apprend qu’une route goudronnée vient d’ouvrir et va nous permettre de ne faire que 800km. En voici une excellente nouvelle : nous sommes trop contents !!

De fait plus de peur que de mal malgré une quasi panne de gas-oil…et nous revoici à l’ouest sur la route 40 bien marquée par les inondations.

Les gauchos ne s’en soucient guère mais pas les pompistes!

Nous remontons vers le nord par une jolie route très sauvage avec quelques surprises dont ces jolies poubelles décorées

Nous nous arrêtons à Perito Moreno, petite ville sans prétention , à ne pas confondre avec le glacier. Mais une  » hosteria  » nous permet de capter le wifi libre au profit  de notre blog. Et par le plus grand des hasard, nous retrouvons une nouvelle fois le  » camping-car bleu « . Ces rencontres sont toujours l’occasion de comparer nos informations et de passer de bons moments ensemble. Et puis bonne nouvelle : le soleil revient. Si Etienne et Amélie préfèrent aller plus au nord, nous repartons vers le sud pour aller visiter  » las Cuevas de los manos « , traversant des paysages d’une pureté inégalable.

La piste est très très pentue

mais l’Iveco passe comme un vrai tracteur brinquebalant , ce qui n’aurait pas été le cas s’il avait plu ….ouf!

Un réel bonheur de découvrir cette vallée encaissée de 150 km replie de saules verts clairs et bordée de roches rosées pouvant aller jusqu’à 300m de haut. Elle appartient à une Estancia et nous y apercevons quelques vaches et guanacos. Falaises rocheuses à pic et petit sentier à mi hauteur : nous admirons des peintures d’animaux et de mains en négatif, vieilles de 9000 ans, accompagnés par Nathalia, une jeune guide très sympa  qui passe 15 jours par mois dans cet endroit perdu avec 4 autres jeunes passionnés. Les couleurs proviennent pour le rouge/violet de l’oxyde de fer, le blanc du kaolin, le jaune du natrojarosite et le noir de l’oxyde de manganèse.

Ce site est classé par l’Unesco au Patrimoine Culturel de l’Humanité.

Les collines avoisinantes leur ont offert cette merveilleuse palette naturelle de couleurs.

La vallée a été habitée jusqu’à 700 ans après J.C. par les ancêtres des premiers peuples Tehuelche de Patagonie, vivant essentiellement du guanaco :  » tout est bon dans le guanaco, même les poils, pour faire les pinceaux ! « .

De ce site sublime, traversant d’abord des paysages très désertiques et trop ventés,

nous rejoignons le CHILI, plus au nord. La piste de 100km notée  » route » sur la carte michelin nous oblige à rouler très très lentement.C’est l’occasion de rechanter avec bonheur –  » et avec de beaux restes, Nathalie ! « – les concerts « Coup de Choeur  » enregistrés sur notre clé USB tout en admirant la pureté de ces grands espaces de solitude.

…et voici enfin la frontière Argentine-Chili :DSC02584

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s