PEROU : Nazca et Paracas du 23 septembre au 5 octobre.

Guillaume et Aurélie dans l’avion, nous allons directement chez  » Parabrisas UNIVERSO   » à Cusco pour leur demander s’ils peuvent changer notre pare-brise piqueté et fendu depuis la Bolivie. Après un  » NON  » de la secrétaire, un employé arrive et nous dit  » OUI je peux le faire, et vous avez de la chance, j’en ai un exactement de la même dimension, d’origine sud-coréenne « . Et après 2 heures de dépose et pose, et 3 heures de séchage, notre Iveco est comme neuf ! Et dire qu’on avait prévu de retourner à Juliaca, cette ville horrible, où nous avions repéré un spécialiste….ouf !

Pour nous, il est temps de partir vers Nazca. Bien sûr plusieurs  » bloqueos  » de quelques heures nous retardent.DSCN3087 1er bloqueo

Plus on s’en approche, plus les montagnes se dénudent jusqu’à devenir, après plusieurs cols entre 4000 et 5000m, terre et cailloux.

On y voit même la dune la plus haute du monde (plus de 2000m), le « cerro Blanco « .DSCN3105

Nazca est une oasis au milieu d’un désert montagneux qui tire son eau des nappes phréatiques qui se remplissent lorsqu’il pleut en Janvier.

On y cultive notamment des cactus en champs.

Nous faisons halte à l’hôtel camping  » Fundo San Raphaël  » doté de deux piscines hélas un peu troubles où nous retrouvons Patricia, Baptiste et Laura…

…qui étaient avec nous au camping de Cusco. Ici, seul le survol des lignes en avion vaut vraiment la peine, même s’il y a quelques monuments pré-colombien et un cimetière de la même époque assez  » morbide  » ! Nous le visitons un peu mal à l’aise.

A l’aérodrome, nous choisissons de louer chez Aéro Santos un petit Cessna C172                 ( 2 pilotes et nous 2), en cette fin d’après-midi .DSCN3113  09-26 cessna C172.jpg

L’avion bouge pas mal, mais le désert est si extraordinaire que nous sommes scotchés aux fenêtres.

Les lignes ?…

…multiples en tous sens, se superposant et se croisant.

DSCN3204

Figures géométriques, végétales, animales ou humanoïdes, les dessins les plus connus sont parfaitement visibles, bien entretenus par les locaux (qui en vivent), et seul un avion offre une vision précise de ce patchwork.

P1100255

P1100215 (2)

P1100210 (4)

P1100198 (2)

P1100160 (2)

P1100214

P1100189

 

P1100177 (2).jpg

P1100200

P1100212

P1100217 (2)

P1100241 (2)

 

 

P1100238 (2)

P1100210 (2)

Une Allemande, Maria Reich qui a consacré une partie de sa vie à essayer d’en élucider la signification, suggère différentes hypothèses.

D’abord ces motifs dateraient du premier millénaire avant JC jusqu’à l’an 900. Elle envisage des calendriers astronomiques, les figures animales pouvant évoquer les constellations, mais aussi des cartes du réseau hydraulique souterrain. Pour elle il y aurait certainement un lien entre le peu d’eau de cette région désertique, et la volonté des pré-colombiens de s’attirer les bonnes faveurs des dieux pour que la pluie tombe un peu chaque année. Le  » cerro Blanco  » situé à proximité devait déjà les inquiéter.

L’origine extra-terrestre chère à Robert Charroux et bien d’autres, lui semble quelque peu…fantaisiste. D’ailleurs nous avons bien regardé et pas trace de la moindre soucoupe volante!

Les vues que nous offre l’avion sont spectaculaires et nous réjouissent.

DSCN3270

Il est impossible de distinguer ces représentations depuis le sol à l’exception de  » l’arbre » et « la main  » dominés par un petit mirador construit au bord de la Panaméricaine qui coupe carrément l’un de ces dessins.DSCN3346  09-27 tour maria reich.jpg

Contrairement à nos idées reçues nous constatons que le sol de cailloux n’est pas plan du tout et même très raviné sur une faible hauteur.

Quelques dessins sont réalisés sur des petites montagnes, comme le  » cosmonaute  » ou      » la famille  » un peu plus loin à Palpa. A vrai dire, ceux-ci font assez moderne, et c’est plutôt étonnant.DSCN3133

P1100238 (2)

Quittant Nazca, nous retrouvons la Panaméricaine que nous avions laissée au Chili. C’est la route des camions ! La ville d’Ica est une grosse oasis active essentiellement consacrée à la culture de la vigne. Elle produit en effet l’essentiel des vins du Pérou et surtout, après distillation, le célèbre Pisco national.DSCN3406  vignes.jpg

A Huacachina, l’oasis attenante, de hautes dunes entourent un étang vert sale mais bordé de palmiers et… de plusieurs hôtels proposant tous des tours en buggy de 8 à 10 places, ce qui nous fait fuir.

Les dunes, il y en a partout, certaines mixées avec les montagnes.

L’air ambiant est brumeux. Les villages font pauvres, pas une herbe, du sable et des cailloux. Tant de gens ont juste quelques abris de bambous, alors que le vent et les nuits sont parfois très froids !

C’est difficile, venant de Cusco la verte, de se faire à ce vrai désert qui fait penser au Sahara. Nous pénétrons dans le Parc National de Paracas, situé sur une assez grande péninsule bordée de montagnes totalement désertiques, côté Pacifique. On dirait des dunes de sable, mais le sol est plutôt dur.

DSCN3489

DSCN3486.jpg

Au sud, seule une piste serpente vers des miradors et un petit port de pêche.

DSCN3478 09-29 la cathédrale

Côté nord, une courte route mène, hélas, à un terminal pour cargos.

Nous passons 3 jours dans ce parc, garés, seuls, à côté des gardes, pour la nuit, la mer bleu foncé juste devant nous. La plage en contre-bas se nomme  » la plage rouge « .DSCN3452 stationnement nuit poste de controle.jpg

DSCN3427 09-28playa roja

Cormorans de Bougainville, gros pélicans à tête jaune et bec rouge, pétrels,  » mouettes  » noires aux bec et pattes rouges, sternes, sternes incas, sternes à bec ciseaux, goélands, urubus à tête rouge, et bien d’autres oiseaux nous survolent toute la journée.

Ici vivent de gros lézard, des renards, des lions de mer, et de gros dauphins que nous voyons chasser.P1100461

Le vent, parfois fort, nous dissuade d’aller nous baigner alors que la plage de  » la mina « , ou sa voisine, nous auraient bien tentés pour la clarté de leurs eaux.

P1100444

DSCN3469

Les pêcheurs du port ramenant beaucoup de poissons, font le bonheur des gros pélicans voraces et…un peu envahissants !

P1100428

Ici,le courant de Humbolt sort à 4° ce qui explique ces eaux poissonneuses et frisquettes.

Quant aux touristes Péruviens ou de tous pays, ils n’ont de cesse que de venir sillonner collines et falaises en buggy quand d’autres se contentent de la pêche au fil, à la ligne ou en plongée…DSCN3498et boudent le pauvre marchand de glaces.DSCN3461

Oui, mais le soir, nous dégustons nos bières cusquenia au bruit du ressac, rien que pour nous.DSCN3499.jpg

Tranquillité toute relative car nous sommes justement dans un des endroits les plus sismiques du continent….

Ne pouvant rester plus de 3 nuits, durée de notre passe, nous rejoignons le petit village de Paracas tout proche, où hôtels et campings se disputent la plage à deux pas de l’espace préservé de nidification des flamands roses.

Et…nous nous installons quelques jours en bout de plage devant un spot de windsurf qui dispose d’un bon wifi pour écrire…ce blog !DSCN3571.jpg

Le soir tout comme le matin, le vent se calme, le temps s’arrête : la plage déserte est envahie de flamands roses, de mouettes, goélands, becs ciseaux et gravelots. DSCN3566.jpg

DSCN3537.jpg

Tout va bien : nous jouons les économes avec l’eau de nos réservoirs et nos provisions, batteries chargées à fond par le soleil. Il ne nous manque plus qu’un bon restau, de l’eau chaude (ça ne fonctionne plus avec le gaz local …mais on se lave!),  et un réparateur de pneu: on est à plat…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s