PANAMA : du 22 février au 6 mars 2018

Après une grosse heure de vol, nous atterrissons à Panama City,…DSCN2053

…la ville des gratte-ciels et des yachts.

DSCN2239

 

 

La course recommence : vite aller en taxi à l’assurance, et encore plus vite, récupérer le   » bill of landing  » pour le camping-car, à la compagnie de navigation Hoëgh. On arrive juste à 17 heures au moment de la fermeture, pourtant les employés prennent le temps de nous faire nos papiers, et même  toutes les photocopies pour le port. De plus le building est très moderne…quel contraste avec la Colombie !

Le lendemain, Antonio, un chauffeur privé très sympathique mis à disposition par notre hôtel, nous conduit jusqu’à la douane du port de Manzanillo, à Colon à 70 km sur la côte Caraîbe. Là aussi les papiers sont faits très rapidement, et nous rencontrons par hasard un homme qui nous propose d’accomplir toutes les formalités de sortie du port : inspection, fumigation, et taxes diverses à payer. Bruno, bien qu’hésitant lui confie tous les papiers originaux et 120 dollars pour les frais de port. Advienne que pourra … !

Nous attendons dans une sorte de sas poussiéreux devant la zone de fret automobile, car une seule personne par véhicule est autorisée à y entrer.DSCN2074 02-23 porte arrivée voitures

Et 2heures 1/2 plus tard, nous voyons notre camping-car derrière le grillage. DSCN2075 l iveco est là.jpg

Il a l’air en bon état, et une demi-heure plus tard, cet homme nous le sort du port et nous remet les clefs. OUF !, notre véhicule est intact, re-ouf !!! Nous avons eu de la chance car régulièrement des vols avec effraction se produisent et en outre, nombreux sont ceux qui passent une journée complète pour les formalités.

Colon est une petite ville, certes coloniale, mais si dangereuse et délabrée, que même de jour il vaut mieux ne pas s’y promener. Nos amis J.Jacques et Flyuza ( cargo Grande Brasil), nous avaient prévenus, comparant Colon à Freetown. C’est pourquoi nous allons directement du port de Manzanillo jusqu’au centre des visiteurs de la grande écluse  » Agua Clara  » à quelques kilomètres, où un nouveau pont est en construction en sortie de canal.P1180386

DSCN2121

P1180405

Les travaux de cette grande écluse ont commencé en 2007, respectant l’environnement animal et végétal. Ce sont en fait 3 écluses successives destinées à doubler les 2 écluses déjà existantes, mais toujours en fonction pour les navires plus étroits. On les aperçoit au loin.DSCN2113.jpg

L’inauguration a eu lieu en Avril 2016 après 9 ans de travaux gigantesques.P1180418 Ces nouvelles écluses permettent aux très gros bateaux de passer en offrant un gain de 60 % en longueur et de 40 % en largeur.P1180393

DSCN2082

DSCN2081

La traversée du détroit de Panama ne prend que 8 à 10 heures, ce qui représente un gain de temps et d’argent considérable pour le commerce maritime mondial, qui transitait auparavant par le Cap Horn. Les bateaux passent tantôt dans un sens ( Caraïbe- Pacifique), comme ce cargo venant justement des Caraïbes,…DSCN2224

…tantôt dans l’autre en fonction des marées. Les installations sont impressionnantes : de larges portes, made in Italie, coulissent en 5 minutes, obturant chaque écluse.P1180416

P1180382

DSCN2096 L’eau rejetée va rejoindre des bassins latéraux par un système de canaux souterrains.P1180568

D’écluses en écluses, le bateau monte ou descend en fonction du sens, effet ascenseur, sur une hauteur de 26m par rapport au niveau de la mer. Des remorqueurs guident les cargos.

DSCN2084

DSCN2105DSCN2112

Les bassins d’écluses sont alimentés par gravitation depuis le lac Gatun, deuxième plus grand lac artificiel au monde, nous dit-on. P1180390DSCN2115.jpgCelui-ci est entouré de forêt vierge où les oiseaux abondent, mais pas seulement.

A  » Agua Clara » , nous avons la surprise d’apercevoir 3 paresseux beige clair, perchés dans de grands arbres. Bien sûr le moindre mouvement semble leur demander un effort insurmontable.DSCN2101.jpg

Nous revenons à Panama City, déplorant que la route ne longe pas du tout le canal où nous croisons de jolis bus !DSCN2129.jpg

Nous nous garons près de l’entrée du canal d’où nous voyons le pont des Amériques         ( octobre 1962). DSCN2140 02-24 pont des ameriques oct 1962.jpg

Nous restons 3 nuits dans cette impasse tout près du gardien armé d’un hôtel,DSCN2230.jpg …ce qui nous permet de visiter sereinement la vieille ville, qui fut fortifiée par les Espagnols. Ici contrairement à Cartagena, le délabrement est surprenant. Quartiers très populaires et de nombreux immeubles du 19è en partie détruits malgré quelques places proprettes.

P1180487

Même les anciennes églises, qui ont dû brûler, n’ont plus que des murs de pierres et de briques à offrir.DSCN2153.jpg

Des indiennes  » Kuna  » venant des îles caraïbes San Blas vendent des objets artisanaux. Elles sont toutes petites, environ 1,50m , et portent des bracelets de perles aux bras et aux mollets.

 

P1180463 (3)

P1180498

Le centre ville se termine par  » la Plaza de Francia « , buttant contre le mur d’enceinte Espagnol. L’ Ambassade de  » Francia  » (19è), est juste là…

 

…face au monument surmonté d’un coq gaulois,  érigé en remerciement aux ingénieurs français qui ont débuté le canal, Ferdinand Marie, vicomte de Lesseps, en tête.

L’idée d’un canal remonte au temps des conquistadors, mais les véritables études ont commencé au 19è après avoir fait appel aux meilleurs ingénieurs mondiaux : F. de Lesseps ( canal de Suez), Fabre ( tunnel du St Gotard), Dirks et Conrad ( Société Hydraulique de Hollande ), Selfried ( Commission d’exploration nord-américaine), Eiffel, etc…Ils avaient prévu un délai de 8 ans de construction pour un canal de 70km de long, 8m de profondeur, 22m de large à 38m au-dessus du niveau de la mer. A cette époque, la région était encore colombienne.

Les difficiles travaux ont commencé le 21 Janvier 1882. Pas moins de 22000 ouvriers des Antilles françaises, moururent de malaria ou de fièvre jaune. Malheureusement, les mauvaises conditions géologiques et atmosphériques doublées d’un scandale financier, ont entraîné l’arrêt des travaux en 1888.

Ce n’est qu’après l’Indépendance du Panama, en 1903, que les Américains ont repris l’idée, Roosevelt déclarant  » le canal sera construit « .

De fait, il est inauguré le Samedi 15 Août 1914 avec le passage nord ( Caraïbe), sud             ( Pacifique ), du vapeur  » Ancon « .DSCN2282 02-26 1er vapeur Ancon

Le 31 Décembre 1999, les Américains ont remis aux Panaméens la gestion du canal, qui est assurée par l’ ACP, une agence gouvernementale autonome.

Il y a en fait 3 groupes d’écluses au total : l’un au nord,  » Agua Clara « , et les 2 autres au sud,  » Pedro Miguel  » et  » Miraflores « .

Nous allons visiter cette dernière, première double écluse (1913), côté pacifique. Ici les bateaux sont tractés par des locos.P1180561

DSCN2278.jpg

DSCN2274

 

Depuis 2016, elle est désormais doublée par une autre, destinée aux gros tonnages. Un intéressant musée permet de mieux comprendre le travail titanesque entrepris par les ingénieurs depuis le début, et l’utilisation de machines incroyables inventées à cet effet, comme celle qui pose rapidement les tronçons de rails, avec très peu d’hommes,P1180591 des excavatrices géantes, des dragues sur bateaux, etc…P1180593

Des photos rendent hommage à ces travailleurs de toutes nationalités qui ont  » fait  » le canal.DSCN2284 02-26 les ouvriers.jpg

Quel bonheur d’avoir pu découvrir ce passage exceptionnel !

A Panama City, nous voulions monter en haut de la fameuse tour  » Trump  » en forme de voile où se trouve un bar. Mais on nous refoule pour des questions d’horaire.

 

C’est donc au 62è étage du Hard Rock Hôtel, que nous allons déguster 2 bières chacun, sur la terrasse extérieure. DSCN2068 02-22 hard rock hotel

P1180545

La vue à la nuit tombante sur Panama City et sa baie est époustouflante.

 

 

P1180546

P1180547

Petit Singapour Américain qui aurait encore des progrès à faire côté éclairage nocturne. L’Amérique du sud n’est pas l’Asie, malgré sa drôle de tour verte  » tornillo « , …DSCN2187

…tandis que Hard Rock nous amuse avec ses vitrines rétros.

 

Nous décidons de longer la côte, car la chaleur constante depuis la Colombie nous donne une furieuse envie d’aller nous baigner. C’est ce que nous faisons avec délice et en toute sécurité à la plage de Santa Clara, où il y a des pêcheurs et deux ou trois restaurants.DSCN2311 02-28 plage santa clara

Garés dans la cour d’une maison qui donne sur la plage, chez un couple très gentil, Maria et Estefan,DSCN2317

…nous y restons plusieurs jours.DSCN2304 02-28 Au programme, bains dans l’eau chaude ( 30°), balades sur la longue plage quasi désertique sauf le week-end, composée de sable clair, ultra fin et doux.P1180613

Les petits crabes ont des talents d’artistes.P1180628

Un seul immeuble détonne par ici.DSCN2310

Grâce au wifi venant d’une école toute proche, on y finit aussi le blog Colombie, sous le     » chant  » constant de coqs de basse-cour, qui font fuir les touristes, nous prévient Marie. Malgré ces gallinacés énervants, nous nous sentons en vraies vacances.

Deux autres plages,  » Las Lajas » et   » La Barqueta  » sont l’occasion de haltes nuit.

P1180631

Mais les feux de plastiques allumés dès la nuit, et les  » boum boum  » des 4X4 du soir gâchent un peu le plaisir de ces immenses plages avec leurs gros rouleaux d’eau chaude, leurs oiseaux, et leurs escadres de pélicans que nous aimons tant.

Seuls les étrangers installés sur la côte ont l’idée de nettoyer les immondices laissées systématiquement par les gens le week-end…

Reprenant la Panam, plus on se rapproche du Costa Rica, et plus nous traversons de grandes prairies .

Les paysages ruraux alternes avec des zones de mangroves, entrecoupées de champs de canne à sucre. Plus rien à voir avec la jungle, on est en zone de forêt sèche.

Les villages sans intérêt, s’espacent avec leurs maisons simples, et pour la plupart, sans étage.

Nous faisons peu de rencontres avec des Panaméens, excepté avec des commerçants plutôt sympathiques, ou presque indifférents lorsqu’ils sont d’origine chinoise ( il y en a beaucoup chez qui on trouve de tout à toute heure ). DSCN2411

Nous sommes très heureux de pouvoir acheter ici de bons yaourts sans sucre. En effet en Colombie, où les vaches abondent, on n’en trouvait pas. Nous étions en manque. Il est vrai que côté nourriture, on ne festoie pas beaucoup dans ces pays. Ils aiment le poulet comme partout en Amérique du Sud (mais souvent gavé aux hormones), beurk! , les saucisses quasi artificielles,re-beurk!,  le fromage de Hollande,bof bof bof… et les yaourts sucrés liquides agrémentés de gélatine (il faut bien recycler les yeux de boeuf). Sans oublier les innombrables sodas, schips, sucreries, qui font des  » silhouettes « …à tomber!!!

Le Panama nous semble encore très rural et  » nature « . Il mériterait sûrement une exploration plus poussée. Mais il y a encore trop de pistes et nous les évitons désormais autant que possible ( perte de temps, poussière partout dans le camping-car, et souffrance des organes mécaniques qui en ont vu déjà pas mal).

Alors nous préférons gagner le Costa Rica tout proche.DSCN2388

.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s