PEROU : la Cordillère Blanche du 11 au 20 octobre 2017

Les sommets de la Cordillère Blanche, entre 5200 et 6768 m pour le Huascaran, le plus élevé, DSCN4521

constituent la plus haute chaîne de montagnes tropicales au monde et la seconde chaîne la plus haute après l’Himalaya. A partie de la vallée de Huaraz, nous explorons pendant une bonne semaine les routes touristiques qui traversent la  » Cordillera Blanca  » et allons voir à l’ouest les  » Puyas Raimondi « .DSCN4546

Cette plante unique au monde de la famille des ananas vit une centaine d’années et meurt après son unique floraison, mais sa hampe florale peut atteindre 12m.

Ainsi partons nous de Carhuaz d’où l’on aperçoit bien les montagnes, jusqu’à San Luis.DSCN3777

Excellente route, exceptée la difficile traversée du village de RARAMAYOC source de sueurs froides où il ne faut pas faire d’erreur de conduite.

DSCN4160.jpg

DSCN4161

Il faut de la constance pour poursuivre le trajet, mais l’arrivée à Punta Olimpica  (4890m) est tout à fait sublime.  (mais les chips n’aiment pas l’altitude!)DSCN3896

DSCN3883

Nous sommes entourés de glaciers qui descendent des fameux massifs :

Huascaran,DSCN3868

DSCN4117

 

Chopicalqui,DSCN3866 chopicalqui

Contrahierbas,

Ulta et Tsukllaraju.

Au-delà du tunnel de 1k 300,P1100858 de petits lacs colorés agrémentent la descente,

P1110034

malgré les pierres qui parsèment la route.

Nous admirons les autres versants des sommets Ulta et Contrahierbas tout aussi blancs.

Nous y prendrons un petit déjeuner, seuls, au retour sur fond de sommets encore plus dégagés. Et il ne fait pas froid:DSCN4079 10-14

DSCN4025

Par contre, malgré un beau paysage, la route devenue piste nous secoue sérieusement avant d’arriver à San Luis en raison de nombreux éboulements récents.

Sur le conseil de Miguel, rencontré à Huaraz, nous allons jusqu’au sanctuaire de Pomallucay situé 12 km plus loin, et en faisant une pointe à 17km/h pour une moyenne de 5km/h tant la piste est défoncée.

Ici viennent de nombreux pèlerins.

Nous arrivons au moment d’une grande fête organisée par l’association Jean Bosco présente dans ce village.

Depuis Caraz, nous montons côté ouest sur la  » Cordillère Noire « , à la découverte des fameuses Puya Raimondi.

La petite route de la largeur du camping-car monte à 4300m par une série d’épingles à cheveux excessivement à pic et non protégées. Non entretenue et fréquentée malgré son étroitesse, cette route se transforme rapidement en trous profonds et caillasses que Bruno essaye d’éviter en vain.DSCN4265

A mi-hauteur, nous traversons une drôle de mine de charbon, veine noire exploitée à même la pente au péril de la vie des mineurs.

Mais les points de vue sont une fois de plus extraordinaires sur la vallée et les montagnes.

DSCN4324

Il nous faut 2h30 pour atteindre enfin, très lentement, l’ancien bois de ces plantes uniques au monde (appelé Winchus).

Déception ! Toutes sont noires et nous supposons qu’il s’agit de la mort de ces fleurs après floraison, même si on jurerait que certaines ont été sciemment brûlées par les bergers.

Par chance on finit par en apercevoir une qui commence sa floraison, tandis que des « jeunes » prendront un jour la relève.P1110146 (2)

P1110153P1110145

Néanmoins, cela valait la peine de découvrir ces  » monstres  » floraux, même si nous pensons avoir fait là une  » route de la mort  » bien plus périlleuse que celle de Bolivie si connue. Avec un sol montagneux aussi instable, uniquement composé de terre et de galets, dans une région aussi exposée aux tremblements de terre, tout peut dévaler en un rien de temps comme cela se produit assez régulièrement ici.DSCN4272

DSCN4270

« Tu es fou mon vieux Milou de prendre des routes pareilles « . Bruno est un as du volant quand on voit l’étroitesse de la  » route  » et l’improbabilité de passer certains tronçons défoncés: on touche, on tangue, on racle…mais on passe.

A Caraz, nous stoppons au camping à la ferme  » Guadalupe  » très champêtre et agréable.

Nous partons à trois camping-cars vers le lac Paron situé en haut d’une grande faille montagneuse.DSCN4528 faille vers lac paron

Patricia, José et leurs deux enfants, rencontrés à Cusco et Nazca, Frédéric et Adeline, venus de Martinique avec leurs deux filles, nous précèdent. Nous  » escaladons  » la piste : horriblement caillouteuse, on passe certaines zones caillou par caillou, et nous devons foncer dans les multiples virages en épingle à cheveux bien serrés. Il faut se cramponner, et nos engins souffrent de poussière, cahots et torsions. Bien que dubitatifs, nous l’avons faite cette sacrée piste ! …

…mais quelle récompense arrivés en haut à 4140m.

Le grand et joli lac Paron (3km), turquoise,P1110258 est encadré par le Huandoy (6395m),

DSCN4418 huandoy 6395m

DSCN4424

le Caraz (6025m),DSCN4411 caraz

Au fond l’Artesonraju (6025m),DSCN4536 artesonaju

la Pyramide (5885m), P1110214

le Chacraraju (6112m), P1110228

et le Pisco (5752m), non on n’a pas bu !….rien que ça : c’est royal !!.DSCN4426

Philippe, un autre voyageur Suisse qui était au camping nous rejoint.P1110194 Après une balade le long du lac, nous passons une excellente nuit sur le parking, et même pas froid.

Pour nous deux aucun problème d’altitude une fois de plus, même en grimpant jusqu’au mirador situé plus haut au bout de gros éboulis instables.

DSCN4451

Seul problème, des petites mouches dont les piqûres font de gros boutons qui ne demandent qu’à s’infecter. Mais on résiste.

Nous redescendons tous au camping, pierre après pierre , pour un repos bien mérité…du pauvre camping-car torturé ! Heureusement , un apéro à la bière Cusquena termine en beauté la soirée.

Le lendemain Frédéric et Jaime, le propriétaire nous préparent un délicieux barbecue de porc et d’agneau.

Nous gardons un merveilleux souvenir de ce Pérou profond et nature que nous venons de sillonner de part et d’autre de la majestueuse  » Cordillera Blanca « , ainsi que de la découverte de la culture Chavin. Les Péruviens sont gentils et accueillants, même si quelques paysans ou bergers restent totalement éberlués de nous voir passer. La plupart répondent à nos sourires de  » gringos « .

Dans un village, halte d’une nuit, une petite fille vient nous demander avec curiosité  » c’est une ambulance ?  » en parlant du camping-car. La visite de notre  » casa rodante  » lui décroche un sourire jusqu’aux oreilles et nous vaut une salve de questions.P1110028

De cette chaîne exceptionnelle de montagnes entre 6000 et 7000m, nous resterons totalement impressionnés, regrettant de ne pouvoir y faire des treks faute de temps et puis nous jouons la prudence car l’altitude au-delà de 4500m peut être éprouvante pour l’organisme.

Il est flagrant que les glaciers fondent à la vitesse grand V et que d’ici 20 ans, beaucoup auront disparu. Cela nous désole.

Cette   » Cordillère Blanche  » fait face à la  » Cordillère Noire  » et elles se rejoignent à quelques mètres l’une de l’autre au canyon  » del Pato « . C’est l’impressionnante route que nous empruntons pour rejoindre la mer à Trujillo.

La descente est constituée d’une longue série de tunnels à une voie, souvent en courbes.

Il vaut mieux ne pas y croiser trop de véhicules car nous n’aimons pas beaucoup les virages en marche arrière au raz du vide (beaucoup de Péruviens avancent car ils ne savent pas faire de marche arrière !).DSCN4625.jpgDSCN4619

L’eau marron du Rio Santa bouillonne entre deux falaises extrêmement rapprochées ou entre des à pics colorés d’orange et de noir.

Les veines de charbon sont exploitées artisanalement.

On se sent vraiment perdus au bout du monde minéral où il ne fait pas bon s’arrêter, les cailloux et rochers pouvant tomber à tout moment.

Cependant les paysans qui vivent là pauvrement arrivent à cultiver des manguiers, avocatiers prolifiques et des bananiers, malgré (ou grâce ?) un fort vent chaud qui s’engouffrent dans toute la vallée jusqu’à Carhuaz.

Quelques petits barrages fournissent un peu de l’électricité.

Toute cette région jusqu’à la mer a subi de gros dégâts dus à des tremblements de terre et, cette année, en mars, d’énormes inondations ont ravagé les villages qui ont encore du mal à s’en remettre.

Pourtant la vie reprend ses droits : les plantations de coton, maïs, légumes, de riz et de fruits (fraises et fruits de la passion notamment), se succèdent, mais les Péruviens nous semblent avoir la main beaucoup trop lourde sur les engrais et les pesticides.

Le retour sur la côte nous replonge dans le désert aride, bien que cultivé par endroits (asperges, canne à sucre ).

Y poussent aussi de nombreux et méchants dos d’âne qui détruisent les suspensions des véhicules !

 

Mais ce sont les sites archéologiques  » Moches  » (lire motché) et  » Chimus  » qui nous attirent…

 

 

 

 

PEROU : Nazca et Paracas du 23 septembre au 5 octobre.

Guillaume et Aurélie dans l’avion, nous allons directement chez  » Parabrisas UNIVERSO   » à Cusco pour leur demander s’ils peuvent changer notre pare-brise piqueté et fendu depuis la Bolivie. Après un  » NON  » de la secrétaire, un employé arrive et nous dit  » OUI je peux le faire, et vous avez de la chance, j’en ai un exactement de la même dimension, d’origine sud-coréenne « . Et après 2 heures de dépose et pose, et 3 heures de séchage, notre Iveco est comme neuf ! Et dire qu’on avait prévu de retourner à Juliaca, cette ville horrible, où nous avions repéré un spécialiste….ouf !

Pour nous, il est temps de partir vers Nazca. Bien sûr plusieurs  » bloqueos  » de quelques heures nous retardent.DSCN3087 1er bloqueo

Plus on s’en approche, plus les montagnes se dénudent jusqu’à devenir, après plusieurs cols entre 4000 et 5000m, terre et cailloux.

On y voit même la dune la plus haute du monde (plus de 2000m), le « cerro Blanco « .DSCN3105

Nazca est une oasis au milieu d’un désert montagneux qui tire son eau des nappes phréatiques qui se remplissent lorsqu’il pleut en Janvier.

On y cultive notamment des cactus en champs.

Nous faisons halte à l’hôtel camping  » Fundo San Raphaël  » doté de deux piscines hélas un peu troubles où nous retrouvons Patricia, Baptiste et Laura…

…qui étaient avec nous au camping de Cusco. Ici, seul le survol des lignes en avion vaut vraiment la peine, même s’il y a quelques monuments pré-colombien et un cimetière de la même époque assez  » morbide  » ! Nous le visitons un peu mal à l’aise.

A l’aérodrome, nous choisissons de louer chez Aéro Santos un petit Cessna C172                 ( 2 pilotes et nous 2), en cette fin d’après-midi .DSCN3113  09-26 cessna C172.jpg

L’avion bouge pas mal, mais le désert est si extraordinaire que nous sommes scotchés aux fenêtres.

Les lignes ?…

…multiples en tous sens, se superposant et se croisant.

DSCN3204

Figures géométriques, végétales, animales ou humanoïdes, les dessins les plus connus sont parfaitement visibles, bien entretenus par les locaux (qui en vivent), et seul un avion offre une vision précise de ce patchwork.

P1100255

P1100215 (2)

P1100210 (4)

P1100198 (2)

P1100160 (2)

P1100214

P1100189

 

P1100177 (2).jpg

P1100200

P1100212

P1100217 (2)

P1100241 (2)

 

 

P1100238 (2)

P1100210 (2)

Une Allemande, Maria Reich qui a consacré une partie de sa vie à essayer d’en élucider la signification, suggère différentes hypothèses.

D’abord ces motifs dateraient du premier millénaire avant JC jusqu’à l’an 900. Elle envisage des calendriers astronomiques, les figures animales pouvant évoquer les constellations, mais aussi des cartes du réseau hydraulique souterrain. Pour elle il y aurait certainement un lien entre le peu d’eau de cette région désertique, et la volonté des pré-colombiens de s’attirer les bonnes faveurs des dieux pour que la pluie tombe un peu chaque année. Le  » cerro Blanco  » situé à proximité devait déjà les inquiéter.

L’origine extra-terrestre chère à Robert Charroux et bien d’autres, lui semble quelque peu…fantaisiste. D’ailleurs nous avons bien regardé et pas trace de la moindre soucoupe volante!

Les vues que nous offre l’avion sont spectaculaires et nous réjouissent.

DSCN3270

Il est impossible de distinguer ces représentations depuis le sol à l’exception de  » l’arbre » et « la main  » dominés par un petit mirador construit au bord de la Panaméricaine qui coupe carrément l’un de ces dessins.DSCN3346  09-27 tour maria reich.jpg

Contrairement à nos idées reçues nous constatons que le sol de cailloux n’est pas plan du tout et même très raviné sur une faible hauteur.

Quelques dessins sont réalisés sur des petites montagnes, comme le  » cosmonaute  » ou      » la famille  » un peu plus loin à Palpa. A vrai dire, ceux-ci font assez moderne, et c’est plutôt étonnant.DSCN3133

P1100238 (2)

Quittant Nazca, nous retrouvons la Panaméricaine que nous avions laissée au Chili. C’est la route des camions ! La ville d’Ica est une grosse oasis active essentiellement consacrée à la culture de la vigne. Elle produit en effet l’essentiel des vins du Pérou et surtout, après distillation, le célèbre Pisco national.DSCN3406  vignes.jpg

A Huacachina, l’oasis attenante, de hautes dunes entourent un étang vert sale mais bordé de palmiers et… de plusieurs hôtels proposant tous des tours en buggy de 8 à 10 places, ce qui nous fait fuir.

Les dunes, il y en a partout, certaines mixées avec les montagnes.

L’air ambiant est brumeux. Les villages font pauvres, pas une herbe, du sable et des cailloux. Tant de gens ont juste quelques abris de bambous, alors que le vent et les nuits sont parfois très froids !

C’est difficile, venant de Cusco la verte, de se faire à ce vrai désert qui fait penser au Sahara. Nous pénétrons dans le Parc National de Paracas, situé sur une assez grande péninsule bordée de montagnes totalement désertiques, côté Pacifique. On dirait des dunes de sable, mais le sol est plutôt dur.

DSCN3489

DSCN3486.jpg

Au sud, seule une piste serpente vers des miradors et un petit port de pêche.

DSCN3478 09-29 la cathédrale

Côté nord, une courte route mène, hélas, à un terminal pour cargos.

Nous passons 3 jours dans ce parc, garés, seuls, à côté des gardes, pour la nuit, la mer bleu foncé juste devant nous. La plage en contre-bas se nomme  » la plage rouge « .DSCN3452 stationnement nuit poste de controle.jpg

DSCN3427 09-28playa roja

Cormorans de Bougainville, gros pélicans à tête jaune et bec rouge, pétrels,  » mouettes  » noires aux bec et pattes rouges, sternes, sternes incas, sternes à bec ciseaux, goélands, urubus à tête rouge, et bien d’autres oiseaux nous survolent toute la journée.

Ici vivent de gros lézard, des renards, des lions de mer, et de gros dauphins que nous voyons chasser.P1100461

Le vent, parfois fort, nous dissuade d’aller nous baigner alors que la plage de  » la mina « , ou sa voisine, nous auraient bien tentés pour la clarté de leurs eaux.

P1100444

DSCN3469

Les pêcheurs du port ramenant beaucoup de poissons, font le bonheur des gros pélicans voraces et…un peu envahissants !

P1100428

Ici,le courant de Humbolt sort à 4° ce qui explique ces eaux poissonneuses et frisquettes.

Quant aux touristes Péruviens ou de tous pays, ils n’ont de cesse que de venir sillonner collines et falaises en buggy quand d’autres se contentent de la pêche au fil, à la ligne ou en plongée…DSCN3498et boudent le pauvre marchand de glaces.DSCN3461

Oui, mais le soir, nous dégustons nos bières cusquenia au bruit du ressac, rien que pour nous.DSCN3499.jpg

Tranquillité toute relative car nous sommes justement dans un des endroits les plus sismiques du continent….

Ne pouvant rester plus de 3 nuits, durée de notre passe, nous rejoignons le petit village de Paracas tout proche, où hôtels et campings se disputent la plage à deux pas de l’espace préservé de nidification des flamands roses.

Et…nous nous installons quelques jours en bout de plage devant un spot de windsurf qui dispose d’un bon wifi pour écrire…ce blog !DSCN3571.jpg

Le soir tout comme le matin, le vent se calme, le temps s’arrête : la plage déserte est envahie de flamands roses, de mouettes, goélands, becs ciseaux et gravelots. DSCN3566.jpg

DSCN3537.jpg

Tout va bien : nous jouons les économes avec l’eau de nos réservoirs et nos provisions, batteries chargées à fond par le soleil. Il ne nous manque plus qu’un bon restau, de l’eau chaude (ça ne fonctionne plus avec le gaz local …mais on se lave!),  et un réparateur de pneu: on est à plat…

BOLIVIE : de Sucre à Santa Cruz du 4 au 14 juin 2017

Quittant Sucre,

nous prenons la route 6 vers le sud-est pour rejoindre Santa Cruz, la route du nord plus directe, étant en travaux. La première journée est très agréable. Nous sillonnons les hauts plateaux qui nous offrent de lointains et beaux points de vue, et traversons des villages tranquilles.

DSC01016

Mais c’était sans compter sur la piste qui nous surprend à partir de Padilla. Rien ne l’indiquait et on a fait là un très mauvais choix d’itinéraire, quoi que nous sommes en Bolivie ! Ils sont là aussi en train de faire la route, payante bien sûr !

L’état de ce chemin serpentant dans la forêt vierge ou descendant dans d’étroites vallées où sont cultivés agrumes et canne à sucre, est très aléatoire, tantôt correct, tantôt très difficile.

DSC01160.jpg

C’est ainsi que nous passons 2 jours à zigzaguer dans des ornières de boue, traversant des villages encore plus isolés en raison de ces travaux qui rendent la piste impraticable et très dangereuse.

Nous faisons une halte, nuit oblige, à Puyupampa où nous rencontrons Francesca, une commerçante avec qui nous sympathisons aussitôt.

Nous compatissons vraiment pour tous ces gens tributaires de la fin de ces travaux titanesques.

DSC01188

 

Le climat humide de la forêt vierge n’arrange rien. Si le centre des gros villages est asphalté, gués et pistes cahotiques recommencent dès les dernières maisons.

Le tracé de la piste, sinueux, étroit et montagneux devient, sous une pluie fine, de pire en pire.

Les ornières de boue faites par les camions atteignent les 40 cm. Bruno qui a beaucoup voyagé n’a jamais vu cela nulle part et sue à grosses gouttes, pensant que nous resterions bloqués dans ces pentes très raides. Nous vivons ici un stress intense.

Et au point le plus haut, après avoir évité de justesse un 4×4 incontrôlable, dérapant entre paroi rocheuse et ravin au milieu de la forêt vierge, nous sommes bloqués : un gros camion de carburant est embourbé dans un virage étroit, un 4X4  encastré sous la citerne, et la piste est totalement coupée.DSC01316

DSC01321.jpg

C’est un gros bus, arrivé derrière nous en zigzaguant dans cette très forte pente qui parvient à débloquer le camion, contre toute attente, en le tirant avec un câble. On n’y croyait pas !!DSC01319

DSC01320

DSC01325

La piste est enfin dégagée, mais EPOUVANTABLE, et contrairement à ce que nous pensions, notre camping-car passe, en dérapant comme les 4X4, et nous attaquons enfin la descente ultra glissante et périlleuse. Pas même un singe pour nous distraire !

Nos regards sont rivés sur les ornières , redoutant trous et effondrement de la piste vers le ravin.DSC01330

DSC01340

DSC01342.jpg

DSC01345.jpg

Cette descente qui par beau temps doit être très belle, se révèle très délicate au fur et à mesure qu’on se rapproche du futur tunnel. Cette réalisation sera un grand avantage pour tous ces Boliviens encore si isolés…mais dans combien de mois ouvrira-t-il ?

DSC01353

La piste ici n’est que boue et succession de gués.

On se demande encore comment l’Iveco a pu vaincre des ornières si profondes et sur de telles longueurs, aussi bien dans les pentes fortes que dans les virages serrés, la tôle de protection du moteur raclant systématiquement cette boue heureusement molle.

Enfin au bout de 3 jours, contre 8 heures normalement, on peut parler de  » fin du tunnel » pour nous, lorsque nous retrouvons, sains et saufs, une large route en terre compactée, des champs cultivés, puis la  » civilisation  » à Ipati où commence l’asphalte… ça fait du bien!

DSC01394

Nous arrivons le soir à Santa Cruz, capitale économique du pays, sise dans une très grande plaine agricole , où nous nous posons, bien gardés, en bas d’un immeuble.

DSC01417.jpg

DSC01413.jpg

SANTA CRUZ  ( 7 au 14 juin)

On apprend rapidement qu’il faudra renoncer à faire changer notre parebrise fendu et piqueté. Ils n’ont pas les pièces Iveco en Bolivie.

Santa Cruz est une ville étendue desservie par des nuées de petits cars et mini-bus.DSC01469

Ici, nous découvrons beaucoup de motos un peu comme en Asie, transportant toute la famille, bébés compris. Parfum d’Asie aussi avec les palmiers à troncs lisses qui parsèment la ville.DSC01545.jpg

Nous nous rendons à la place centrale qui, comme ailleurs, tient lieu de point de rendez-vous. Les maisons ont, dans cette région, des toitures en tuiles qui sont soutenues par des colonnes de pierres ou de bois. Ceci leur donne un certain charme.

Mais à vrai dire, rien n’est vraiment harmonieux suite à  l’absence  d ‘entretien généralisée. La place du 24 Septembre ne conserve que peu de bâtiments coloniaux.

La cathédrale en briques est surprenante (19è).

A part la volée de pigeons qui ravit petits et grands, il n’y a ici pas grand chose d’intéressant….

DSC01435.jpg

 

à moins que l’art moderne….

ou bien ces énormes gâteaux qui font fureur…

Nous décidons de partir sans plus attendre vers les missions en Amazonie.

Nous traversons quelques villages authentiques.

Mais le soir de mon anniversaire, la seule bougie qui s’allume est le voyant rouge du système d’injection, peu de temps après un plein de gasoil suspect dans un petit bourg, avant Puerto Pailas.

Il faut dire qu’en Bolivie, le gasoil est très communément coupé avec de l’eau ou n’importe quel liquide afin de  » rallonger la sauce  » nous a-t-on dit. C’est un vrai désastre, et pas question d’avoir recours aux mécanos que nous apercevons.

DSC01588.jpg

Après avoir fait enlever au karcher la boue compacte collée partout sur et sous l’Iveco,DSC01502

DSC01403.jpg

nous décidons de revenir à Santa Cruz, lentement voyant allumé et moteur en mode dégradé (pour le préserver).

Nous passons trois nuits et trois jours au sein d’un garage dit  » excellent  » sur Ioverlander (site d’informations dédié aux voyageurs).

Une petite  « banda  » dans l’école attenante nous apporte un peu le sourire.

Les mécanos démontent et remontent par 2 fois le réservoir de gasoil,  la pompe de transfert et les filtres pour les nettoyer, changeant aussi une durite en pensant y avoir découvert une prise d’air.DSC01515

Bruno dubitatif, imagine plutôt un problème électrique, mais les garagistes ne sont pas d’accord. Enfin, au bout de ces 3 journées, tout semble refonctionner normalement. Nous repartons confiants et soulagés (de pas mal d’euros ..!), trop heureux de quitter la pollution sonore et olfactive. A nous la campagne verdoyante et les scènes habituelles.

DSC01589.jpg

Hélas, au bout de 150km vers San Julian, le voyant…re-clignote et, dépités, nous revenons à la vitesse d’un escargot à Santa Cruz, plutôt anxieux. Nous nous rendons cette fois -ci dans un garage Bosch spécialisé en injecteurs et turbos dont on a vu la publicité sur la route.

Nous y restons 2 jours, dormant dans la rue. L’ ingénieur nous semble sérieux (et le patron très  » gourmand « ). Ils démontent, nettoient et règlent chaque injecteur, et , rassurants, nous laissent repartir. DSC01617

Nous abandonnons à regret l’idée d’aller aux missions et filons vers Cochabamba par la route amazonienne. Nous traversons le quartier périphérique ouest, aéré, moderne, et presque propre comme s’il s’agissait d’une autre ville, ce qui nous surprend complètement.

Malgré cette ultime découverte, nous ne garderons pas un souvenir positif de cette grande ville, plutôt sale, gros centre commercial et agricole, à la circulation dense et anarchique.

Et comme partout, une multiplicité de commerces en tous genres.

Cependant les 2 nuits -hors garages- passées au ravissant camping  » Landhaus » en sortie de ville, nous ont fait du bien.

Le propriétaire d’origine allemande est très sympathique et serviable et son  » lomo de beef  » (filet de boeuf) grillé est excellent !

Son frère, Rudy, ingénieur forestier nous propose gentiment de nous faire découvrir, explications à l’appui, son jardin tropical attenant. Petite jungle citadine où une multitude de plantes et de variétés d’agrumes poussent à profusion.

Nous repartons, du reste, les bras charges de citrons, pomelos et mandarines inconnus chez nous.  » Merci Rudy ! « .

DSC01621

 

DE SANTA CRUZ à COCHABAMBA  (15 au 19 juin)

Les environs de Santa Cruz sont consacrés à l’agriculture, avec des communautés Ménnonites, secte anabaptiste fondée  en Suisse allemande au 16è. Ils refusent toute autre autorité que la Bible. Disséminés aux Etats-Unis, Mexique, Brésil, Uruguay, Paraguay, ces gens vivent entre eux, à l’écart des routes principales, mais leurs terres sont particulièrement bien entretenues, (ce qui tranche avec les parcelles Boliviennes). Ils sont facilement reconnaissables, plutôt blonds, les hommes portant salopette, chemise à carreaux et casquette américaine ou chapeau, les femmes, en général, des robes bleu- marine, mi-mollets, et chapeau de paille (style début 20è). Ils se déplacent en carriole à cheval chez eux, mais ont le droit de conduire des tracteurs. Par contre, ils se font conduire en ville. Impossible de pénétrer leurs communautés bien cachées sur leurs immenses exploitations prises sur la jungle.

DSC01561.jpg

 

 

Sur ce trajet, petit à petit, la forêt vierge gagne du terrain, et nous apercevons au loin les contreforts de la Cordillère, et des quantités d’agrumes en bordure de route. La région regorge de fruits.

C’est dans le village de Buena Vista, que nous faisons halte pour nous ressourcer.

Particulièrement bien entretenu, rues pavées, dédié au tourisme de pleine nature, ce petit bourg ne ressemble pas aux autres villages… sauf pour les échoppes !

 

DSC01663.jpg

DSC01799.jpg

Laissant notre camping-car dans un jardin privé, nous partons 2 jours faire un trek dans le Parc d’Amboro. Le 4X4 qui nous conduit à 1h1/2 de là traverse gués et ornières de boue profondes, et nous laisse dans un campement installé dans une clairière. Le camping-car n’aurait jamais pu passer par ces pistes impossibles !

 

A  » La Chonta « , pas d’électricité, (ce qui veut dire bougie dès 18h pour diner et se coucher), mais une cabane ouverte sur la forêt à quelques mètres, pour y passer la nuit…avec de gros cafards noirs !!!DSC01741.jpg

Nous marchons 2 jours de suite, seuls avec un guide, dans la selva aux multiples plantes, que nous retrouvons dans nos jardineries. La flore y est vraiment variée.

DSC01681

 

Quant à la faune, farouche, nous n’en voyons que quelques éléments : singes, fourmis guerrières dangereuses,  » sérénés « , oiseaux gros comme des coqs, papillons, colibris, mais…aucun caïman, et presque aucun moustique non plus, par chance car c’est l’hiver (il ne fait pas trop chaud). Oui,  mais des tiques…!

DSC01668

DSC01713.jpg

Nous découvrons des traces très fraîches de puma et de gros tapir sur le sable mouillé du Rio que nous remontons…mais pas l’animal !P1050011.jpg

P1050015.jpg

P1040836

Un vent fort en bourrasques fait tomber de temps en temps des arbres dans la forêt et le guide nous arrête souvent pour écouter les bruits. Ce serait trop bête de se prendre une grosse branche sur la tête !DSC01732.jpg

P1050003

P1050052.jpg

Nous constatons que la nuit, les animaux ne se font pas entendre, sauf les grillons et notamment, un crapaud…  » annonçant la pluie « …nous dit la charmante Bolivienne qui nous prépare les repas à base de manioc (petit déjeuner compris), et que l’on voit ici avec notre guide.DSC01743 guide et cuisinière la chonta amboro parc 06-17

P1040818

Cette petite halte désintoxiquante du corps et de l’esprit nous fait le plus grand bien, même si 7h d’affilé à crapahuter dans la jungle nous épuisent un peu le 1er jour, il est vrai.

DSC01739.jpg

De retour à Buena Vista, nous nous dirigeons vers  » El Cafetal « , pour une nuit, hôtel de la plantation de café.

C’est un très bel endroit isolé, avec une jolie vue sur la lointaine Cordillère ; nous sommes les seuls clients, garés sur la pelouse bien verte : le luxe !

Après la visite rapide de la plantation – il n’y a personne puisque c’est dimanche – le propriétaire nous prépare un excellent café dont 90 % de la production sont exportés surtout en Hollande.

DSC01758.jpg

DSC01778

Le temps lourd est à l’orage et après cette belle  » coupure « , nous reprenons notre parcours semi-amazonien.

Comme nous l’avions vu au Bénin lors de notre voyage en Afrique noire,des Boliviens vendent ici aussi de l’essence en bouteilles sur le bord de la route, portable à la main, histoire de faire passer le temps.

D’ailleurs, ça aurait pu être l’Afrique..

…mais pas tout à fait..

DSC01821

..malgré les plantations de bananiers.DSC01818

Le crapaud avait chanté… en effet, nous rencontrons la pluie tropicale forte et ininterrompue un soir à Chimoré plus loin en Amazonie, sur la route 4 en direction de Cochabamba…et le voyant de l’injecteur est toujours…ROUGE ! C’est pourquoi Bruno roule de plus en plus lentement, réduisant sa vitesse à 20km/h ! Inutile de préciser notre peur de tomber en panne en bordure de la forêt vierge peu sûre (plantations cachées de coca et donc trafiquants pour lesquels nous avons été mis en garde).

En outre, ce temps pluvieux et brumeux nous empêche de profiter pleinement de cette région surtout lorsque la route commence à grimper. Nous longeons davantage de bananeraies, de maisons en bois sur pilotis, traversons des rios gorgés de boue.

DSC01888

Ambiance amazonienne garantie et petits commerces de fruits tout le long de la route.

Peu à peu nous grimpons sans fin, mais sûrement, et la forêt embrumée est remplacée par…des sapins !DSC01902.jpg

et des eucalyptus,DSC01910 puis …par des collines dénudées, en patchwork de cultures diverses (céréales, pommes de terre…).

Nous retrouvons la Bolivie andine à Colomi, sur  » 3 pattes  » comme dit Bruno                     (3 injecteurs au lieu de 4), ne sachant si nous arriverons à passer le dernier col (3706 m).

DSC01922

Pourtant, nous y parvenons malgré les poids lourds qu’il faut parfois doubler                   (à 20km/h!), et retrouvons enfin le soleil pour la jolie descente sur Cochabamba          entourée de montagnes.

DSC01942.jpg

DSC01959 christ de la concordia cochabamba 06-19

URUGUAY

Capitale de taille moyenne, MONTEVIDEO, située en bordure du Rio de la Plata, rive gauche, est plutôt tranquille, même si comme partout, il y a des quartiers à éviter. Vers le port, le vieux centre sans grand charme partant de la place de l’Indépendance  , est assez vivant. Petits artisans vendant leur production comme ces femmes qui tricotent bonnets et  » tops  » pour enfants.

p1000875-pour-claire

19-2017-01-21

les barbes à papa!73-2017-01-24-barbe-a-papa

De grands parcs bordent une succession de plages bondées peu attirantes à marée basse. En ville, les rues sont joliment arborées et certains quartiers nous rappellent l’ambiance amérique du nord sans qu’il y ait d’unité architecturale.

Débarqués par 38° sans aucun souci le 22 décembre, et gentiment accueillis par une jeune représentante de Grimaldi parlant français (!), nous avons fait les formalités de douane dans le calme et la bonne humeur. Puis nous avons dit adieu à regret aux allemands et au couple gréco australien. Puis, après une journée de rangement et d’impossibilité de mettre en route notre frigo !, Jean Jacques, lui, refixant son moteur !, nous avons eu une dernière soirée bien arrosée (merci Flyuza) avec les italiens et les français sur le terrain vague du petit phare.

C’est un lieu tranquille pour les camping-caristes, même si de nombreux citadins y viennent notamment le soir, admirer le coucher du soleil (ou plus, si affinité…..), d’autres préférant pêcher la journée, le tout, musique à fond.

Nous avons décidé de remonter la côte en direction du Brésil pour tester les plages. Le Rio de la Plata est très pollué, et en particulier par les innombrables cargos (jusqu’à 40 à l’ancre en mer comme nous le fûmes), qui ouvrent leurs  » vannes « ….ce qu’on retrouve sur les plages !!!

Dès que l’on s’éloigne de cette embouchure, ce sont de longues plages de sable très fin qui deviennent de plus en plus sauvages à partir de Punta del Este.

Là, c’est la côte d’azur de l’Uruguay, rade où s’arrêtent les bateaux de croisières (on en a croisé plusieurs en mer avec gigantesque écran sur le pont supérieur…on ne voit que ça la nuit !.. alors que la mer se suffit bien à elle-même sous les étoiles…). Nous y voyons une régate de très beaux voiliers le temps de notre repas en bordure de mer. Beaucoup d’immeubles plus modernes qu’à Montevidéo et plages plus que bondées.p1000910-punta-del-este

63-2017-01-24-les-doigtsC’est donc après que le voyage vaut le coup et que nous nous sommes baignés avec un réel plaisir. Nous sommes  allés jusqu’à José Ignacio, village assez mignon, un peu beaucoup « bobo « .

Mais une alerte orange à la pluie nous a empêchés de nous rebaigner. Nous avons commencé le fameux blog…avec un débit si aléatoire que nous sommes restés un jour et demi dans notre Iveco sans sortir..Si ce n’est pas du travail, ça !!!

Nous avons vu deux ponts originaux, l’un, double en forme de vagues, l’autre, rond. Euh, après, c’est de la piste. Les archi s’amusent…

En Uruguay, la couleur dominante est le VERT : forêts d’eucalyptus, de pins, prairies, cultures de maïs, et de soja (?), quelques collines. Même la 2×2 voies est bordée de pelouses bien tondues. Belles lagunes calmes et reposantes en bord de mer.130-2017-01-26

Un peu partout, des chaumières pas forcément esthétiques attirent notre attention, ainsi que des maisons en briques rouges de style nordique…on sait d’où ça vient.

8-20147-01-23125-2017-01-26

Beaucoup de noms allemands ici. Les uruguayens sont gentils et discutent volontiers, toujours prêts à rendre service. Nous nous sentons bien et en sécurité…un petit coin d’Europe comme on en a connu il y a 30 ans avec posssibilité de se garer où bon nous semble.2017-01-28-au-matin-fomento-rio-del-plata

Par contre, les prix sont chers et le niveau de vie assez élevé pour beaucoup, d’autres étant très miséreux.

L’est n’étant pas notre direction, nous avons dû faire demi tour vers Montevidéo ou nous avons pu enfin concrétiser notre blog après à nouveau une journée de  » travail « … et de redormir au phare. Puis nous avons remonté la rive gauche du Rio del Plata vers Colonia.

Voici une petite ville très touristique, juste en face de Buenos Aires. Des bacs rapides -buquebus- font des liaisons quotidiennes, et on peut louer des petites voitures électriques, comme celles sur les golfs, pour se déplacer dans l’ancienne cité.

C’était une place portuguaise dont il reste quelques maisons, des remparts et des rues pavées de pierres de schiste bien usées.La place d’arme est devenue un parc ou des musiciens se donnent en spectacle. Un phare de 118 marches offre une jolie vue sur le Rio et les toits de la petite ville. Celle-ci est très animée, avec des quantités de restos et un petit port de plaisance.

Ensuite, notre route nous a conduits le long du Rio Uruguay dans lequel Bruno s’est baigné…face à des barges et cargos à Nueva Palmira. L’eau est ferrugineuse et bien marron. Seulement, juste en face, il y a l’Argentine, rive arborée et qui semble impénétrable. C’est un peu magique. Euh, pas la nuit : musique à fond, défilé de voitures et motos en échappement libre soulevant une poussière qui rentre par les lanternaux, jusqu’à plus d’heure. On a dû se garer dans une rue de lotissement pour arriver à dormir .

Nous avons passé la frontière sans aucune difficulté et en une demi heure à Fray Bentos par une chaleur à dégouliner. Immense pont sur le Rio Uruguay…Argentine, nous voici !2017-01-29-vers-le-pont-frontiere-de-fray-bentos-15h